• Posté par : Tom 23 déc. 2016

    Une nouvelle inédite de Yann Rambaud en calendrier de l'avent : « Fantastique Madame Sü » | Partie 1


    Après un été littéraire étonnant avec le cadavre exquis qui a réuni une petite vingtaine d'auteurs jeunesse, je vous propose un calendrier de l'avent sous forme d'une nouvelle en quatre parties !
    Cette fois-ci, c'est Yann Rambaud que vous retrouverez sur le blog jusqu'au 30 décembre. Ancien chanteur et compositeur, il est l'auteur de romans parus aux éditions Hachette Romans : Gaspard des Profondeurs (merveilleux, à lire absolument !), Teddy-n'a-qu'un-œil et Jessie des Ténèbres.
    Yann Rambaud propose donc sur La Voix du Livre une nouvelle inédite en quatre parties : « Fantastique Madame Sü ».

    Fantastique Madame Sü, partie 2
    Partie 4 : à venir le vendredi 30 décembre



    La route filait comme un serpent, ondulant au milieu des bois, qui à chaque kilomètre parcouru, devenaient de plus en plus profonds.
    Au retour de leur ballade au bord du canal, Madame Sü lui avait dit :
    « Laissez votre véhicule ici, nous le récupèrerons demain. Je suis certaine que vous allez adorer ma façon de conduire… »
    Il s’avéra que c’était davantage du pilotage. Il faut dire que la voiture s’y prêtait ; une Mercedes Coupé Sport, décapotable, au moteur ronflant. Les pneus crissaient dans la courbe des virages. Un simple effleurement de la pédale d’accélérateur et le bolide bondissait en avant.
    Le dalmatien était recroquevillé sur la banquette arrière et laissait échapper des jappements craintifs.
    « Il a une trouille bleue, expliqua la jeune femme en repoussant une mèche qui dansait sur sonfront. Et vous, ça va ?
    - À peu près… j’ignorais seulement qu’on était poursuivi par le diable… »
    Comme à l’accoutumée, il avait dû se plier pour entrer dans l’habitacle. Il se sentait grotesque car ses genoux touchaient presque son menton. Mais outre l’inconfort, Philémon était davantage concentré sur le ruban gris qui filait à toute vitesse devant ses yeux.

    Elle rit. Un éclat cristallin dans cette nuit, qui de sombre, devenait ténébreuse.
    « Mais nous sommes toujours poursuivis par le diable ! Chaque instant, quoi que nous fassions ! »
    Le chien émit un grognement sourd, comme pour confirmer ses dires.
    « Courage, Le dalmatien, dit-elle dans le rétroviseur, nous sommes bientôt arrivés.
    - Cette forêt semble ne plus finir et devenir d’une épaisseur… sans commune mesure, fit remarquer le géant.
    - La maison est en effet assez isolée. Certains jours j’aurais tendance à m’en plaindre, et puis d’autres, je savoure de me trouver, comment dire… à la périphérie du monde. Vous allez voir, la résidence est splendide, et les bois derrière, en friche, sont majestueux. À croire qu’aucun être humain n’y a jamais mis les pieds. »
    Elle lui raconta ensuite que son mari, de presque trente ans son aîné, avait été foudroyé par un accident vasculaire cérébral trois années auparavant. Il était resté à l’état de légume pendant plusieurs mois avant de décéder. Elle l’avait soigné, accompagné jusqu’à son dernier souffle.
    Son regard s’embruma quand elle dit cela.
    « Je souhaite à personne de passer par là, conclut-elle en caressant un peu plus l’accélérateur, c’était très… éprouvant. »

    Un instant, Philémon crut qu’ils allaient partir dans le décor, mais elle débraya à toute vitesse, juste avant le point névralgique du virage en épingle, stabilisant la voiture au dernier moment.
    Puis elle bifurqua soudainement sur la droite, s’engouffrant dans un chemin forestier légèrement en pente. Cahotant, la Mercedes roula désormais au pas, jusqu’à un immense portail électrique qui s’ouvrit lentement devant eux, telle la gueule d’un inquiétant monstre marin.

    Madame Sü posa une main sur sa jambe.
    « Le lieu fait un peu maison hantée, lui souffla-t-elle, mais ne vous fiez pas aux apparences, tout le monde est très gentil ici.
    - Tout le monde ? »

    Visiblement soulagé d’être arrivé à bon port, Le dalmatien s’était redressé sur ses pattes. Ses jappements étaient à présent joyeux.
    Les faisceaux des phares glissèrent le long d’une allée en graviers, traversèrent ce qui semblait être un vaste parc arboré. À son bout, une demeure imposante d’architecture victorienne. La jeune femme avait dit « maison ». Philémon pensa plutôt « château ».

    Le chien se mit à aboyer, tendu comme un arc, déjà prêt à sauter du véhicule.
    Un autre aboiement vint alors en écho, puis un autre, et encore un autre.
    Tout le monde est très gentil ici, avait-elle précisé.
    Le colosse écarquilla les yeux. Trois chiens vinrent tourner autour de la voiture. Malgré ses connaissances réduites en matière canine, il identifia néanmoins un berger allemand, un terre-neuve et un épagneul breton.
    Mais ce ne fut pas tout. Quand la décapotable s’immobilisa devant la volée de marches de l’entrée, un doberman, un berger des Pyrénées et un labrador se joignirent à la fête.

    Madame Sü coupa le moteur. Elle le dévisagea, semblait s’amuser de la situation.
    « Bon sang, mais c’est un véritable chenil ! » s’exclama-t-il.
    Il tenait la poignée de la portière mais hésitait à ouvrir, d’autant que le berger allemand s’y était dressé de toute sa hauteur, tâchait en tendant la tête de lui lécher la joue.
    « C’est tout sauf un chenil. Un chenil est une prison. Ici, chacun est libre de rester ou de s’en aller à tout moment.
    - Com… combien sont-ils ?
    - Vingt-trois au dernier recensement. »
    Elle éclata de rire, attrapa son large cou et lui donna un baiser claquant sur la joue.
    « Croyez-moi, vous ne risquez absolument rien. »

    Alors qu’ils descendaient de voiture, un vieux monsieur tiré à quatre épingles vint à leur rencontre. Dans son sillage, un boxer, un caniche, un bull-terrier et un saint-bernard.
    Pour une fois, Philémon pu se réjouir de sa taille ; un net avantage pour conserver son équilibre quand pas moins de quatre chiens vous couraient dans les jambes. Les flancs électriques se frottaient à ses mollets, les truffes convulsaient, passaient au crible son odeur.
    Chancelant, il tendit une main à l’homme.
    « Léopold, présenta Madame Sü. Il n’est pas seulement le majordome, mais l’âme de ce domaine. »
    D’allure toute prussienne, le vieux monsieur s’inclina, dévisageant sans aucune animosité le visiteur. Il y eut un bref mouvement sur son visage, un début d’émotion que Philémon fut bien en mal de traduire.
    Aussi, se contenta-t-il d’un « Moi, c’est Phil. Enchanté » un peu gêné.
    « Vous me voyez tout aussi ravi de faire votre connaissance, Monsieur Phil. »
    Il tordait le cou, appréciait la hauteur vertigineuse de son interlocuteur.
    Avant de saisir un pinscher nain qui lui mordillait le bas du pantalon et de le lover dans ses bras.
    Puis il se tourna vers la jeune femme.

    « Vous aviez raison, Madame, c’est véritablement un titan. Je vous en prie, entrez. Nous allons vous faire visiter… »
    Il grimpa les marches, le dos raidi, talonné de près par un cocker.
    « Certainement que vous vous plairez ici » ajouta-t-il en franchissant le seuil.


    Un bruit le tira du sommeil. La nuit était très avancée. À côté de lui, nue, allongée sur le ventre, seulement accrochée à une liane de draps, Madame Sü dormait profondément. Il avait une folle envie de toucher sa peau, d’aventurer quelques doigts là où le dos se creusait, mais il s’en abstint pour ne pas la réveiller. Son souffle régulier faisait trembler une mèche de cheveux devant ses lèvres entrouvertes.
    Le bruit reprit. Ça venait de derrière la porte. Quelque chose qui reniflait le sol, dans l’interstice entre le bois et le carrelage. Philémon se redressa et tâcha de sortir du lit en douceur. Avec sa grande carcasse, cela équivalait presque à vouloir s’extirper d’une barque sans la faire tanguer. Quand son poids de chair se décolla du matelas, la jeune femme émit un petit son de gorge et ramena une main jusqu’à son menton, mais ne se réveilla pas.

    Une légère bourrasque se faufila par la porte-fenêtre ouvertes, gonfla les rideaux blancs quand il traversa la pièce. On aurait dit deux fantômes. Il s’accroupit devant la porte. Les reniflements s’accélérèrent. Et tout de suite après, un grognement sourd. Facile de deviner, parmi tous les chiens, quel était celui qui venait promener sa truffe par ici au beau milieu de la nuit.
    « Hé, Le dalmatien ! chuchota-t-il. Arrête un peu avec tes crises de jalousie ! File voir ailleurs si j’y suis… »
    L’animal manifesta une nouvelle fois son mécontentement, mais cette fois en jappant. Philémon se crispa un peu, car dans cette fragile plainte, il sentit un sincère mélange de tristesse et de désarroi.
    « T’as qu’à te trouver une copine, confia-t-il encore à la porte, dans ton genre, t’es plutôt beau gosse. »
    Mais il n’eut aucune réponse. Le dalmatien était parti.

    Bien que nu, il sortit sur le balcon. Le bout de lune planté là-haut lui fit une peau brillante. Il remarqua des ombres mouvantes dans le parc. Deux chiens se couraient après, mais ils se trouvaient trop loin pour qu’il puisse les identifier.
    Il inspira plusieurs fois, profondément, aspirant de longues goulées de nuit. A quand remontait la dernière fois où il s’était senti aussi bien ? Il chercha dans ses souvenirs mais rien ne lui vint. Peut-être jamais.

    Une fois qu’il eût regagné le lit, il fut cette fois en totale incapacité de résister. Il colla sa grande main sous le ventre de la jeune femme et la ramena doucement contre lui. Elle râla pour la forme, avant de se laisser docilement avaler par ce titanesque corps chaud.
    Voilà ce qu’il avait murmuré à la nuit : « Je suis raide dingue d’elle et c’est à ses côtés que je veux passer le reste de ma vie. »



    À suivre...

    Laissez un commentaire

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

    S'abonner à l'article | S'abonner aux commentaires

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -