• Posté par : Tom 17 mai 2018

    Une lettre en vers, pour parler d'un roman coup de cœur, enfin traduit en français par Clémentine Beauvais !

    Chère Cassandra,

    J’espère que tu vas bien et que l’année défile
    en douceurs pas trop lourdes.
    Moi je n’ai plus le temps de répondre à tout ça,
    de faire à la fois le blog et de tourner en rond,
    parce que mes travaux universitaires doivent bien primer sur tout.
    Le temps file et coule sans qu'on puisse l’arrêter !
    Il n’en fait qu’à sa tête et pleure de satiété,
    tandis qu’on gémit de manque.

    J’ai un peu de retard pour ces mots enveloppés,
    dans cette enveloppe bonbons et ces mots de belette.
    J’espère que tu me pardonneras, tandis que mes mots se rythment
    dans la poésie d’un temps et celle d’un roman.

    (Et je m’étais promis de ne pas écrire en vers
    pour réserver ces vers à un autre roman.
    Mais mon esprit tordu et mes mots de velours
    s’ordonnent un peu tout seul ; ils en font qu’à leurs vers.)

    Je commence un peu fort ces lettres 2.0 :
    un livre en anglais et d’autant plus en vers,
    mais tu verras, LBB, c’est si facile à lire.
    C’est ce qui est agréable dans ce roman si doux,
    c’est qu’on lit sans le voir, on plonge dans un monde.
    (Pour commencer l’anglais, c’est le meilleur roman.)

    Ce roman dont je parle, c’est The Weight of Water.
    C'est l'histoire d’une jeune fille qui migre en Angleterre.
    Elle s’appelle Kasienka et elle n’a que douze ans,
    elle est une immigrée, et ce n’est pas facile.
    Avec sa mère perdue qui recherche son père,
    c’est vrai, ça gâche (un peu) la vie des autres.
    Elle, à l’école du coin, ce n’est pas du tout simple.
    On la harcèle et, seule, elle ne peut rien y faire.
    Mais heureusement certains, et son envie de vivre,
    la sortiront peut-être doucement du cauchemar.

    Ce roman tout en vers, qui me tourmentent l’esprit,
    m’a charmé en douceur, m’a séduit de beauté.
    En cadence, lentement, les mots s’ordonnent et dansent,
    ils ont ce ton si fin de la nuit qui balance.
    Parce que ça séduit bien, et ça fait plus de bien,
    ce rythme si joli qui ordonne les mots et ralentit le temps,
    la lecture,
    l’esprit,
    la vie.

    De cette écriture si douce, sort pourtant brutalement
    ce que Kasienka subit et mentionne en filigrane.
    C’est très fort ce roman qui dans une ambiance si tendre
    fait sortir l’émotion d’évènements qui font mal.
    Mais ce rythme si pur permet de s’arrêter,
    il demande au lecteur de regarder le monde.
    Les chapitres en poèmes traitent de choses différentes
    et les personnages qui marchent, sur ce pas de velours,
    nous séduisent eux aussi.

    Ils ont ce si beau teint qui s’adapte à l’histoire,
    on s’adoucit en pleurs, on a envie de danser avec eux.
    Il y a cette Kasienka, si mature et si forte,
    elle fait des maux au cœur de la voir si perdue.
    Il y a la mère encore, qui perturbe son monde,
    perturbée elle aussi par les chavirements du sien.
    Il y a les amis, là, qui veulent les aider,
    et on commence à croire, même si c'est notre force
    qui nous fera
                          émerger
    que la vie ne se fait pas
                                          sans les autres.

    Tu l’auras bien compris, ma chère LBB,
    que dans ce roman doux, on se chavire les sens.
    Une histoire très belle, menée comme un recueil
    qui lentement séduit et incarne le monde.
    L’intrigue est elle aussi délicate et posée,
    elle est comme la vie, sans artifice ni suspens,
    juste elle
                   et les mots.
    Ce bonheur en quelques pages te séduira aussi,
    je l’espère du moins,
    et cette envie de l’autre, du monde et d’être chez soi,
    te prendra à ton tour.
    Tu t’adouciras, tu regarderas l’eau,
    qui, épaisse et en vie, sait refléter le monde,
    en mirages embellis.

    « There is honour in all things. »

    Bonne lecture, et à bientôt,
    Tom


    (Lettre originellement publiée le 27 mars 2016 sur ma lecture en anglais de The Weight of Water, Swimming pool en français, dans le cadre de « Une belette et de bonbons », un rendez-vous épistolaire avec la booktubeuse Les Livresqueries du Bonbon.)
    « Une belette et des bonbons », c’est quoi ? Une correspondance blog (La Voix du Livre) / chaîne YouTube (Les Livresqueries du Bonbon) inédite pour parler de livre et échanger sur plein de choses. L’envie d’écrire à un·e ami·e, de lui conseiller des bouquins, tout en faisant en sorte de relier deux façons de parler des livres sur internet éminemment différentes et rapprochées à la fois. Et bien entendu, comme toujours, vous donner envie de lire des pépites littéraires !




     ____________________

    Kasienka vient d’arriver en Angleterre avec sa mère. Elle qui n’a jamais connu que la Pologne fait sa rentrée dans un pays qui n’est pas le sien, avec des gens qu’elle ne connaît pas, dans une langue qu’elle maîtrise mal. Et le soir venu, de quartier en quartier, elle cherche son père, qui a quitté le domicile familial sans laisser d’adresse. Bref, ce pays est gris, humide, et parfois assez inhospitalier. Heureusement, il y a la piscine, il y a l’eau. Et dans l’équipe de natation, il y a William…

    256 pages
    14,90 €
    Aux éditions Rageot

    Armed with a suitcase and an old laundry bag filled with clothes, Kasienka and her mother head for England. Life is lonely for Kasienka. At home her mother's heart is breaking and at school friends are scarce. But when someone special swims into her life, Kasienka learns that there might be more than one way for her to stay afloat.
    The Weight of Water is a startlingly original piece of fiction; most simply a brilliant coming of age story, it also tackles the alienation experienced by many young immigrants. Moving, unsentimental and utterly page-turning, we meet and share the experiences of a remarkable girl who shows us how quiet courage prevails.

    240 pages
    Aux éditions Bloomsbury

    { 8 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. Wow. Tu me sidère Tom. Il a l'air super bien ce bouquin. :)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Merci beaucoup ! Alors achète leeeeee !

        Supprimer
    2. Le concept est génial ! J'ai hâte de voir vos échanges :)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Cassandra a déjà répondu... et je n'ai pas encore répondu à mon tour !!

        Supprimer
    3. Bonjour ya til une date pour la traduction en french ?
      ou est ce une possibilité qui se trouverait sur une option e-book?
      merci

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Toujours pas, mais je pense qu'il y en aura une bientôt ! Patience :)
        Pour l'e-book, je ne sais pas, il faut chercher auprès de l'éditeur ou de sites comme Book Depository !

        Supprimer
      2. salut merci de m’avoir répondu mais pas d’option en french en ebook non plus; je patiente en lisant un autre livre PROFIL de jay asher. tu l'as lu ?

        Supprimer
      3. Non plus, désolé...
        Ne connais pas du tout, qu'est-ce que c'est ?

        Supprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -