• Posté par : Tom 29 mars 2018

    Un portrait d'autrice par jour écrit par une femme durant le mois international des droits des femmes 
    Photographie Iris Oriol © Mélanie Morice

    À l'occasion du mois international des droits des femmes, 31 femmes d'exception vous proposent de partir durant tout le mois de mars à la rencontre de 31 autres femmes, toutes autrices, aussi talentueuses et impressionnantes que les premières.

    Ainsi, chaque jour, pendant un mois, sur La Voix du Livre, découvrez un portrait d'une autrice, française ou étrangère, contemporaine ou historique, de littérature générale, jeunesse, musicale ou illustrée, écrit par une invitée, qu'elle soit autrice elle aussi ou bien illustratrice, blogueuse, chanteuse, dramaturge, comédienne, professeure, youtubeuse...

    C'est parti pour un mois d'exploration de 31, voire 62, chambres à soi, ces lieux immanquables de littérature où les femmes trouvent, enfin, leur place.

    Jour 30 : Iris Oriol présente Pauline Bureau
    _____________________________________________

    Grande lectrice pendant mon adolescence, grande spectatrice aujourd’hui, il semblait important de vous présenter une femme de théâtre, une autrice qui couche des mots sur le papier pour ensuite faire naître ses récits sur la scène. Cette femme, c’est Pauline Bureau, une autrice fabuleuse et une metteuse en scène talentueuse.

    Après une formation au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, elle a fondé en 2007 sa compagnie La part des anges. Elle a d’abord monté quelques classiques puis créé Modèles, naît d’une écriture collective, avant d’écrire ses propres textes.


    Je me rappelle de ma première rencontre avec le travail de Pauline Bureau comme si c’était hier. J’ai quinze ans et je découvre La meilleure part des hommes, d’après le roman de Tristan Garcia. Et je me dis avec fascination « waouh, c’est ça aussi le théâtre » : je réalise que le théâtre, ce n’est pas seulement Molière et des livres lus par contrainte en cours de français. C’est elle la première qui me montre que c’est aussi l’émerveillement, la vie en plus vraie et plus fausse à la fois. Elle me fait découvrir le pouvoir des images en plus du pouvoir des mots.


    Par la suite, je vais voir toutes ses pièces. Et outre son immense talent de metteuse en scène, c’est son écriture qui me touche à chaque fois profondément. Sans jamais nous prendre de haut et sans jamais juger, elle met des mots sur de nombreuses choses que je ressens. C’est quoi être une femme aujourd’hui ? C’est quoi grandir ? C’est quoi se construire avec l’héritage des générations précédentes ? Ses mots résonnent, ses mots font réfléchir, ses mots font grandir. Pauline Bureau ne parle pas seulement de l’intime, elle s’attaque également à des grands maux de notre société avec Mon Cœur où les victimes du médiator prennent le visage de Claire Tabard, une femme qui se bat pour faire reconnaître son statut de victime. Et encore une fois, les mots de Pauline Bureau sonnent justes et vont droit au cœur.


    Si je devais ne vous conseiller qu’une seule de ses pièces, ce serait Dormir cent ans. Parce qu’elle cristallise ce passage si mystérieux, ce passage indicible et un peu terrifiant de l’enfance à l’adolescence. Pauline Bureau évoque le vertige que l’on ressent face à ces grands changements, elle évoque les questionnements, les transformations et tous les compagnon·nes de route qu’on peut croiser sur son chemin. Et quand on est une grande personne, on oublie vite ce que ça fait de, justement, se transformer pour devenir une grande personne. Alors ça ne fait pas de mal de s’en souvenir de temps en temps.

    Pauline Bureau fait donc partie de ces personnes de théâtre qui contribuent sans le savoir à façonner ma vie de spectatrice et plus généralement ma vie de femme, avec ses mots qui bousculent et qui secouent le cœur.
    _____________________________________________

    Iris Oriol est étudiante en médiation culturelle à la Sorbonne Nouvelle à Paris. Passionnée de théâtre, elle travaille à la Maison des Métallos et, avec son association Les femmes derrière le rideau, a créé l'exposition Femmes en scène qui met en lumière des professionnelles travaillant dans le milieu du théâtre.

    { 5 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. "la vie en plus vraie et plus fausse à la fois"... c'est joliment dit ! Et ça donne très envie de découvrir son oeuvre, notamment (que j'ai raté à Oullins en décembre... grrrr...) Tu me recommandes le texte version papier ? Est-ce accessible si je le lis à ma fille de 7 ans, ou faut-il mieux attendre une représentation ? Merci :)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Dormir cent ans est parfaitement adapté pour une fille de 7 ans et le texte est très beau. Après, je te conseille quand même d'attendre une représentation si tu en as l'occasion parce que les mots de Pauline Bureau sont encore plus forts mis en scène :)

        Supprimer
    2. Je viens de finir Sirènes de cette dramaturge et je note donc Domrir cent ans pour la prochaine fois :D
      Trop bien ce portrait de la part d'Iris ! J'attendais qu'elle participe ��

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Je n'en ai personnellement lu aucun mais j'en ai déjà vu deux et c'est toujours fantastique ! Je lirais bien Sirènes...
        Il fallait juste attendre ;)

        Supprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -