• Posté par : Tom 26 mars 2018

    Un portrait d'autrice par jour écrit par une femme durant le mois international des droits des femmes 

    À l'occasion du mois international des droits des femmes, 31 femmes d'exception vous proposent de partir durant tout le mois de mars à la rencontre de 31 autres femmes, toutes autrices, aussi talentueuses et impressionnantes que les premières.

    Ainsi, chaque jour, pendant un mois, sur La Voix du Livre, découvrez un portrait d'une autrice, française ou étrangère, contemporaine ou historique, de littérature générale, jeunesse, musicale ou illustrée, écrit par une invitée, qu'elle soit autrice elle aussi ou bien illustratrice, blogueuse, chanteuse, dramaturge, comédienne, professeure, youtubeuse...

    C'est parti pour un mois d'exploration de 31, voire 62, chambres à soi, ces lieux immanquables de littérature où les femmes trouvent, enfin, leur place.

    Jour 26 : Gaia Guasti présente Goliarda Sapienza
    _____________________________________________

    Ceux qui me connaissent vont lever les yeux au ciel en lisant ces lignes. Je les entends d’ici : « Encore Goliarda Sapienza ? »
    Eh oui…

    L’Art de la Joie fait partie de cette catégorie particulière de romans qu’on a furieusement envie — et même je dirais besoin — de partager. En ce qui me concerne, j’ai dû l’offrir des dizaines de fois, le citer, le conseiller à tour de bras, dans la version originale italienne autant que dans la splendide traduction française de Nathalie Castagné. J’ai poursuivi avec acharnement les récalcitrants qui ne se jetaient pas illico presto dans la lecture de ce chef d’œuvre, et je dois dire qu’ensuite, presque toujours, j’ai eu la satisfaction d’écouter les commentaires enthousiastes du dernier converti en date, prêt à me raconter à quel point la lecture de ce roman avait été une vraie claque.
    Quand j’ai découvert L’université de Rebibbia — je dis bien découvert, pas simplement lu, découvert comme l’on découvre un trésor — j’ai allègrement recommencé à arroser le monde avec mes cadeaux de monomaniaque et à rappeler les petits chanceux qui avaient droit à mes attentions pour leur poser la fatidique question d’un petit air entendu : « Alors… ? ». Mêmes réactions bouleversées, mêmes récits-fleuves des émotions ressenties à la lecture.

    Donc, oui, les amis, encore Goliarda Sapienza, et je vous le dis, ce n’est pas près de s’arrêter.

    Que ce soit dans la fiction flamboyante d’une saga ou dans le documentaire autobiographique, Goliarda Sapienza campe des personnages, et plus particulièrement de personnages de femme, inoubliables. Son écriture relève à mes yeux de l’envoûtement. Dès les premières lignes de L’Art de la Joie, on est transporté dans un univers âpre et foisonnant, c’est presque physique, on ressent la moiteur de la campagne sicilienne, on respire le même air que les personnages, on frissonne en découvrant Modesta, l’extraordinaire protagoniste du roman. Les mots sont durs, ils claquent sur la page et impriment dans la rétine du lecteur des images indélébiles. Le souffle romanesque et la dimension politique s’entremêlent constamment, se liant avec l’érotisme, la romance, et tout cela dans la plus grande liberté, autant de pensée que de style. Et jamais l’ombre d’un jugement moral ne vient se poser sur les actes des personnages, aussi libres dans le roman que Goliarda Sapienza, disparue en 1996, l’était dans la vie.

    Et pourtant, il s’en est fallu de peu pour que cette œuvre majeure reste dans un tiroir. De manière tout à fait incompréhensible, L’Arte della Gioia n’a été publié, posthume, qu’en 1998, et doit son succès principalement à l’engouement des lecteurs français. Alors, je n’ai qu’un dernier mot à vous dire : merci !
    _____________________________________________

    Gaia Guasti est née en Florence et est arrivée en France, à Paris, à ses dix-huit ans. Diplômée de l'école de la Fémis département scénario, elle écrit aujourd'hui des scénarios de films et des romans, jeunesse ou non, en français et en italien.

    { 5 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. Guaia Guasti, je trouve cette autrice tellement inspirante ! Ses écrits sont superbes, simples et fin, très poétiques et quelle personne adorable !
      Elle pourrait être ma chambre à moi tiens :)
      Et L'Art de la Joie, on n'arrête pas de m'en parler donc... va falloir m'y mettre !

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Il faut que je lise les deux (oui, oui !) Merci des conseils ♥

        Supprimer
    2. L'épaisseur peu commune de l'Art de la joie me freinait, mais peut-être que, finalement, je me laisserai tentée ! Si ça devient le même coup de coeur que l'énorme "Consuelo" de George Sand, lu et relu...

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Je n'ai pas lu celui-ci personnellement... À lire alors ?

        Supprimer
      2. Consuelo ? Plutôt deux fois qu'une ! De l'amour, des voyages, de la musique, des méchants, des gentils, de l'Histoire... Et dans la suite (La comtesse de Rudolstadt), il y a même une touche de fantastique :)

        Supprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -