• Posté par : Tom 12 nov. 2015

         La magie est quelque chose d’incroyablement mystérieux. Mais on aura beau se dire que l’amour est magique, que les machines qu’on invente sont magiques, que notre univers et nos pensées sont magiques, ce qui est peut-être vraiment de cet ordre, c’est l’espoir. Parce, philosophiquement, la magie c’est l’art d’agir par la pensée. Ainsi, se projeter en avant, imaginer les choses, c’est une magie peu commune qu’on peut nommer espoir. C’est ce qui, je le crois, fait qu’on y accorde tant d’importance. On peut y placer nos peurs et nos envies.
                    Dans Le Feu Secret, la magie prend toute son importance. Ici, ce n’est pas une magie classique, une sorcellerie stéréotypée et utilisant tous les poncifs du genre. Ici, on touche à l’alchimie, mais aussi à des forces ancestrales dont on ne sait rien d’autre que leur physique (et parfois moins encore).
                    Sacha vit en France. Il a 17 ans et se rapproche peu à peu de la date de sa mort. Parce que le jour de ses 18 ans, il périra. Sans qu’il ne puisse rien y faire. Taylor vit en Angleterre. Son quotidien de lycéenne anglaise surdouée lui prend déjà assez de temps, et voilà que son professeur de français veut qu’elle corresponde avec un français de son âge pour l’aider à progresser en anglais. C’est le jour et la nuit, et pourtant, tout les réunit… Pour le meilleur, et surtout pour le pire.
    Carina Rozenfeld et CJ Daugherty sont déjà épatantes parce que leur projet totalement fou conquit dès le départ : une histoire fantastique écrite en anglais par deux auteures d’une nationalité différentes. La curiosité est vite remplacée par l’enthousiasme : loin d’un concept sans épaisseur, le pari réussi : on adhère à l’histoire, aux personnages et à l’écriture sans nul doute maîtrisée.
                    Leurs plumes en effet riches et palpitantes, se marient avec succès. Celle de Carina semble parfois plus singulière (peut-être n’est-ce que le fruit d’une culture) : elle est plus lente, parfois, plus poétique, mais aussi plus épaisse. Mais très vite, les deux partis s’égalisent : on ne cherche pas qui a écrit quoi, le rythme s’accélère sans équivoque, et l’histoire ne nous laisse plus de répit. La mécanique des auteures est implacable : d’une cadence et d’un plan narratif exaltants.
                    Mais ce qui séduit le plus dans ce roman, ce sont les personnages. Incroyable réussite collaborative, chacun des deux charme à sa façon. Ils sont attachants et fouillés, et ils se croisent, se complètent, s’opposent et se frottent l’un à l’autre d’une façon étincelante. Leur duo est réussi, et s’évite même de plonger dans les stéréotypes du genre : aucune histoire d’amour grandiloquente, juste la simplicité humaine d’une relation qui se noue. Dans l’adversité, mais avec une belle aisance et surtout une profondeur saisissante.
                    Et la magie dans tout ça ? Elle est partout. Chez Taylor, et sa nature changeante. On regrettera ce côté qui n’évite pas les clichés, mais on ne regrettera en aucun cas la malédiction, la course contre les temps, et les terribles forces qui parcourent ce roman. Carina Rozenfeld et CJ Daugherty écrivent la magie dans toute sa quintessence : son côté terrifiant, son côté mystérieux, son côté alchimiste (on change les choses en d’autres choses) et son espoir.
                    Carina Rozenfeld et CJ Daugherty, avec cette histoire trépidante et ces personnages creusés, réussissent leur pari haut la main. Mais en renouant avec le genre de la magie qui passionne et fait parler des générations entières, elles vont bien plus loin. Entre les lignes, elles renouent avec l’histoire initiatique et nous racontent cet âge encore flou du passage à l’âge adulte, ou on a peur du monde qui nous entoure, où a du mal à nous adapter à celui-ci, où on a l’impression que tout est contre nous, et où l’espoir, cette magie étonnante, nous guide vers l’avant, et ce jamais seul. Le Feu Secret est un page-turner aux personnages fouillés et attachants, qui redonne habilement au genre fantastique un nouveau souffle. Ici, la magie, qui nous mène à l’espoir, y est remuant, ancestrale, et juste.



    Interviews de CJ Daugherty et Carina Rozenfled ! >>>


    ◄►◄►◄ Présentation du livre ►◄►◄► 

    Une guerre contre le destin.
    Une course contre le temps.

    Taylor Montclair, une fille tout ce qu'il y a de plus normal, mène une vie sans histoire dans la petite ville de Woodbury, en Angleterre. Sacha Winters, un ténébreux garçon nimbé de mystère, habite à Paris.
    Alors que Taylor est impatiente d'intégrer l'université d'Oxford, Sacha, lui, se contrefiche des études... et pour cause : il connaît la date exacte de sa mort, et celle-ci approche à grands pas.
    La mort de Sacha entraînera la réalisation d'une prophétie ancestrale qui plongera le monde dans le chaos.
    Taylor est la seule qui puisse le sauver. Mais ni elle ni lui ne le savent : ils ne se sont jamais rencontrés.
    Une mer et plusieurs centaines de kilomètres les séparent. Des puissances démoniaques sont prêtes à tout pour empêcher leur alliance. Ils ont huit semaines pour se trouver et vaincre le destin.
    Le compte à rebours commence maintenant.


    La première série Young Adult franco-anglaise écrite à quatre mains, par C.J. Daugherty, auteur de la série best-seller Night School, et Carina Rozenfeld, romancière de l'Imaginaire récompensée par de nombreux prix.


     
    Par CJ Daugherty et Carina Rozenfeld
    Aux éditions Robert Laffont, Collection R
    486 pages
    1850


    ◄ Le Trailer !  


    Laissez un commentaire

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

    S'abonner à l'article | S'abonner aux commentaires

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -