• Posté par : Tom 21 août 2015


    La Face cachée de Margo vient de sortir aux États-Unis. Pour la deuxième année consécutive, John Green va faire carton plein en cinémas, c’est certain. D’une part d’un point de vue purement commercial (rien qu’en France, le livre s’est vendu à plus de 100 000 exemplaires, tandis qu’en haut de l’affiche Cara Delevingne vend le film très bien) et d’autre part d’un point de vue purement critique : ce film est vraiment réussi. Si en tant qu’adaptation, il pêche un peu – c’était très difficile de rendre la recherche de soi profonde et sensible d’un jeune homme plein d’illusions – le rendu final est vraiment bon. Retour sur le nouveau film adapté d’un roman de John Green.


    Quentin Jacobsen est amoureux, depuis l’enfance, de Margo Roth Spiegelman, sa voisine d’en face. « Tout le monde a droit à son miracle » dit Q à propos d’elle : « le mien fut de devenir le voisin d’en face de Margo Roth Spiegelman ». Le pitch est là, et il fonctionne : on retrouve l’écriture de John Green, retranscrite à l’écran, avec la voix OFF efficace, de façon saisissante. Très vite, le scénario s’impose comme réussi, au même titre que le livre qui portait déjà une intrigue très cinématographique. Un début narratif qui retrace l’histoire du personnage, puis un road-trip jubilatoire en une nuit, entre rires, émotion et humanité. On retrouve l’esprit juste et pétillant de l’auteur, et on ressent avec beaucoup de force et d’émotion l’impression saisissante que les acteurs ont été faits pour ces rôles.

    Nat Wolff joue à merveille le jeune homme encore adolescent trop timide mais amoureux, sensible et un peu courageux quand il veut. L’acteur joue avec des gestes enfantins dans un corps trop grand pour lui, une timidité parfois balourde et des rêves en grand, sous des illusions sociétales. Le personnage est là, on le voit, on s’y attache. Cara Delevingne, elle, montre tout son génie dans son interprétation incroyable du personnage de Margo. Elle a réussi à saisir sa sauvagerie, mais aussi sa tendresse à travers cette coque qui lui sert à se protéger du monde et des autres.

                    Cette coque que Margo porte, c’est le rideau qui permet à chacun de poser un regard différent sur elle. C’est le rideau qui permet à chacun de projeter l’image qu’il se fait de Margo. Elle la porte malgré elle, mais elle s’en sert aussi. Elle se donne un rôle tout en le subissant, et ça, Cara Delevingne l’incarne avec grandeur. On sent, à travers son jeu sensible, la force attractive qu’elle opère, sa distance avec la société… Mais aussi sa fragilité : les cordes qu’elle a en elle, et qui pourraient se briser. C’est aussi pourquoi Margo part. C’est aussi pourquoi Q part à sa recherche. Et le duo fonctionne à merveille : une alchimie certaine et des scènes expressives, saisissantes.

                    Le film raconte avec simplicité mais efficacité ce décalage entre ce qu’on voit d’une personne et ce qu’elle est, et notamment la façon qu’on a, adolescents, d’embellir la réalité et la personne qu’on aime. Néanmoins, un écueil est inévitable. Rendu par une mise en scène et une réalisation efficaces mais classiques, l’intrigue ne peut ainsi s’empêcher de virer, parfois, au teen-movie trop romantique. L’intrigue amoureuse prend de la place au détriment du voyage intérieur et initiatique que Q fait en parallèle. Ce n’est pas que l’histoire d’un premier amour, qu’on embellit à tord, c’est aussi l’histoire d’un apprentissage, d’un voyage, et celui qui nous apprend qu’on a aussi sa valeur. Celui qui nous apprend que l’autre existe aussi indépendamment de nous et de notre volonté. 

                    En fait, c’est surtout la fin qui déçoit. C’est trop élagué, c’est trop simple. Ce qu’on aurait aimé voir, c’était cet apprentissage et cette amplitude des sentiments. On ressent le futur qui s’ouvre devant Q et les personnages secondaires, incarnés eux aussi avec beaucoup de justesse. On ressent moins la progression intime et conflictuelle de Quentin par rapport à lui et aux autres.


    L’énergie du film, pourtant, est immense. Elle est portée par le style vif, humoristique tendre et vivant de John Green qui est retranscrit dans un scénario réussi et un jeu, nous l’avons dit, réjouissant, humain. La bande-originale est le clou du spectacle : du rythme, de la singularité et univers qui sa calque parfaitement à celui du film. Et cette énergie qui reste finalement, un des gros points forts du film.

                    La Face cachée de Margo est une adaptation fidèle du roman incroyablement puissant de John Green. Si le film, pour lui-même, est réussi et saisissant, on ne pourra s’empêcher d’y chercher une réflexion plus poussée dans le livre, car la simplicité du message peut rendre le film trop linéaire. Néanmoins, il reste du livre cette énergie saisissante et cet humour incomparable, cette tendresse élégante et ces croisements humains vivifiants, qui touchent simplement. La Face cachée de Margo a surtout la chance d’avoir un casting en or qui fait, à lui-même, tout le film. Un Nat Wolff saisissant et une Cara Delevingne époustouflante, accompagnés d’une bande délurée de jeunes acteurs électriques (note spéciale pour l’incroyable Hannah Alligood, incarnant Margo jeune). La Face cachée de Margo est le film, vivifiant et touchant, de nos vies qui commencent, dans leurs fragilités, leurs erreurs, mais aussi leurs joies et leur humanité.



    Titre original: Paper Towns
    Sortie US : 24/07/2015
    Sortie: 12/08/2015
      Réalisateur: Jake Schreier
     Adapté du roman de John Green 
    Genre: Drame
    Durée: 109 minutes
     Acteurs principaux : Cara Delevingne, Nat Wolff, Justice Smith, Austin Abrams, Halston Sage, Jaz Sinclair
    Scénaristes : Scott Neustadter & Michael H. Weber
    Producteurs : Wyck Godfrey et Marty Bowen
    Producteurs exécutifs: John Green, Michele Imperato Stabile, Isaac Klausner          
    Sortie le 12 août 2015

    { 2 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. J'espère que je vais avoir la chance de visionner ce dernier... Il a vraiment l'air touchant et poignant !

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Il est touchant, et sympathique ! Pas poignant. :)

        Supprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -