• Posté par : Tom 2 sept. 2014



                Cher Vincent Villeminot,


    Je me sens aujourd’hui obligé d’écrire cet avis à la première personne pour cette relecture du tome 1 de Réseau(x) qui était cette fois-ci extrêmement personnelle, il m’a paru donc sincère et juste de t’écrire à toi tout aussi directement que je parlais de ma lecture d’un monde qui était mien, en une lettre ouverte… sur le réseau. Au crépuscule de cette relecture qui fut, sois-en rassuré, épatante, j’aurais presque envie de racheter un autre exemplaire pour être certain de me confronter à ces deux lectures très différentes, en aucun cas identiques. 


    Il y a un peu plus d’un an, j’écrivais sur Réseau(x) que les « personnages et [la] narration [étaient] des points forts malheureusement contrebalancés très rapidement, le tout [manquant] d’attachement, d’émotion, de simplicité, d’aventure sans grande technique, sans trop de choses en même temps. » Après tant de mois sans y plonger, puis une relecture au milieu d’instants de ma vie assez chargés en émotion, je ne me comprends moi-même plus.


    Je tiens à préciser que si ma lecture a duré longtemps, c’est aussi parce qu’étant très occupé je n’ai pas pu complètement m’y glisser, et qu’en un sens cela n’est pas directement dû à ce tome 1 qui m’a néanmoins pris du temps à décortiquer de ce regard neuf ; appréciateur mais critique. Et finalement, le premier l’a emporté.


    En effet, en traversant de nouveau l’univers complexe mais habile de ce roman, en arpentant ses interstices et ses secrets entre les mots, en trouvant les passages dérobés et les regards disséminés sous les capuches noires, j’ai l’impression d’en avoir plus compris le sens, d’avoir trouvé les règles du jeu, ou du moins de m’en être approché. Puis d’avoir réellement apprécié tout cela. J’ai eu du mal à voir de nouveau ce livre comme un univers trop technique et trop rempli, mais plutôt comme quelque chose de remarquablement complexe et extrêmement intéressant, tant au niveau histoire, qu’au niveau des réflexions. J’avais eu le temps de cogiter durant nos rencontres et tes conférences où tu parlais de réseaux, de politique, de psychologie, de jeux vidéo… J’ai retrouvé tout cela dans tes mots et ça m’a beaucoup fait réfléchir. On se regarde différemment après une telle lecture : une autocritique sur cette vie en réseau(x), une vue sur le monde qui nous entoure mais aussi sur la police. Bref, tout un tas de choses qui se passe encore et toujours autour de nous mais dont on ne se rend pas toujours compte de l’importance des réseaux dans celle-ci. Tu critiques la police tout en en vantant les mérites informatiques, tu critiques l’impuissance de la justice ou de la police ou de la politique dans une alarmante chorégraphie d’actions rythmées et cavalantes, tu critiques les réseaux dans leur pire aspect, une anticipation parfois dramatiquement et effrayamment trop réelle, et tu critiques les jeux-vidéos, qui trouvent une non-réalité sans sens où l’on tue des avatars et on recommence sans cesse sans conscience de ce que l’on fait. Ca remue, en fait, ça m’a beaucoup marqué sans que je ne comprenne pourquoi je n’avais pas, à la première lecture, vraiment saisit l’incroyable amplitude de tes mots : ils expriment tout cela tout en exprimant plus et il faudrait peut-être le relire beaucoup de fois avant de tout en saisir.


    Puis après ces aspects là, il y a l’aspect humain, qui est venu traverser la lecture. Cet attachement sincère aux personnages, cette vue de l’humanité dans tout ce style efficacement rythmé, incroyablement travaillé dans une écriture de maître, c’est ce qui m’avait le plus manqué, je crois, dans ma première lecture, et je me rends compte maintenant que je m’étais trompé. Au fur et à mesure de ma (re)découverte de chacun, je trouvais une petite partie de l’humanité dans ses forces mais surtout dans ses démons les plus poussées et ses faiblesses les plus effrayantes. Derrière ton style parfois froid, en enquête inquiétante d’un monde qui se lie sans cesse et dont on cherche le chaînon manquant, on trouve les personnages dans leur introspection terrifiante ou parfois simplement humaine, et on s’attache à eux comme à une famille. J’ai essayé de prendre soin de Sixie, tourmentée et montrée comme torturée, et ça fait mal, j’ai voulu aider Maud et Jérémy, jusqu’à leur défaillance, jusqu’à cette craquelure trop importante qui craque un peu mon coeur, j’ai même aimé César dans son humanité schizophrène, dans son humanité qu’il faut trouver derrière ses nombreux masques. 


    En fait, j’ai trouvé ce que tu m’avais dit quand j’avais fini le tome 1 « ça ne va pas de la lumière à l’ombre, comme dans Instinct, mais de l’ombre à la lumière ». Ca prendra peut-être bien plus de sens en lisant le tome 2, mais au fil de ma lecture, j’ai évolué dans les ombres du monde, les ruelles désertes de notre univers terrifiant et plein de monstres dépeintes avec tant de puissance, de désespoir et de froideur, et j’ai tremblé devant ce chaos infâme qui a ravagé des vies, à la fin. Et quand Sixie déclare soudain à Théo : « Qu’est-ce qui nous est arrivés, Théo ? », c’est à ce moment là précis que je me suis vraiment senti détruit et que toute l’émotion accumulée au cours de ma lecture et dans ma vie au même moment est tombée d’un coup. J’ai trouvé dans ces récits toute l’humanité dans sa déchéance mais aussi parce qu’on en voyait toute la lumière : l’amour parfois difficile entre Maud et Jérémy, mais aussi celui des sœurs Van de Vogh, brutalisé mais intact, comme celui lointain d’un frère à son ami… Tu écris, dans ce chaos terrifiant, la force de la lumière, et ça fait aussi du bien si on arrive à la détecter.


    Enfin, voilà, tu as finalement réussi, avec tes mots, avec tes personnages fouillés, avec tes intrigues qui se lient et se délient en un panel épatant, avec tes réflexions poussées, assumées parfois terrifiantes mais aussi par leur véracité, à m’émouvoir, et à me plaire. Ce roman, d’une complexité talentueuse, et d’une profondeur parfois terrifiante, ou parfois touchante, est une vraie réussite… sois-en fier.


    Avec toutes mes amitiés


    Ton fidèle lecteur,


    Tom



    La guerre est déclenchée, sur le web et dans le monde réel.  Sur les réseaux chacun pensait connaître chacun. Chacun surveillait, espionnait, aimait chacun. Mais désormais, trois guerres sont déclenchées, sur le web et dans le monde réel. Et Sixie est l’enjeu, le butin, le gibier de tous les combattants


    Par Vincent Villeminot
    Aux Nathan Jeunesse
    16,50€
    448 pages

    { 7 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. Cette lettre est tout simplement... Sublime♥ Elle donne envie de plonger dans cet univers inquiétant, et d'essayer de ressentir ce que tu as vécu ! Les phrases, les mots que tu as employé... C'est magnifique *-*

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Merci beaucoup, c'est très gentil, n'hésite pas à découvrir cette belle série... très forte !

        Supprimer
    2. Bon, je me suis fixé comme règle presque absolue de ne jamais répondre sur leurs blogs à mes lecteurs, concernant leurs critiques, sévères ou enthousiastes. Mais là, c'est un peu différent, puisque ta lettre ouverte m'est (aussi) adressée. Comme je te l'ai dit tout à l'heure sur la page FB, on espère toujours qu'un lecteur et un livre qui se sont ratés finissent par trouver une occasion de se recroiser.
      Que cela ait pu arriver au bon moment dans ta vie est un heureux hasard de plus…

      Merci pour ça, Tom, cette seconde chronique, ta lecture, toutes tes lectures. Et pour tous les moments d'amitiés partagés en salon.
      Vincent

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Les règles sont faites pour être dépassées ! Merci beaucoup de te permettre cette liberté pour ma chronique qui est en effet un peu spéciale et qui, si elle utilise la première personne pour décrire des émotions, utilise aussi la seconde pour t'adresser ces mots...
        Merci à toi aussi, et à bientôt pour la suite. Et pour d'autres aventures !
        Tom

        Supprimer
      2. Je vois que Vincent Villeminot reste proche de ses lecteurs, c'est beau et c'est rare, la classe !

        Supprimer
    3. on voit le mec qui assume pas ce qu'il a écrit avant et qui essaye de se rattraper pour sauver des intérêts odieux !

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Ou le mec qui a simplement relu un livre, déçu de sa première lecture mais ayant choisi de laisser une seconde chance au roman, et qui l'a beaucoup aimé, sûrement parce qu'il a évolué !

        Supprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -