• Posté par : Tom 4 oct. 2014


    Quand on lit, on compte parfois le nombre de livres qu’on lit… mais entre ceux qui font mille pages, et ceux qui en font 20, la différence est grande ! Aujourd’hui, nous nous intéresserons à quelques livres courts ou très courts, pour les petits et les grands… parce que des fois ça fait du bien de lire quelque chose de court, et ça peut être tout aussi intéressant, voir plus intense… vrai ou pas ?

    SI VOTRE ENFANT, NEVEU, NIECE, FILLEU(LE), PETIT(E) FRERE/SŒUR OU VOUS -MÊME AIME LES ALBUMS

                    Boucle d’Ours est un album dont le texte a été écrit par Stéphane Servant, auteur de Cheval Océan et Le cœur des louves pour les adolescents, ou d’un Petit Poucet et d’autres pour les enfants. Illustré d’une manière farfelue et attachante par Laetitia Le Saux, ce court album délivre avec toute la douceur et les couleurs de l’enfance un message important et d’actualité pour les enfants de tout âge. Le texte est simple mais dans le même ton que Le Petit Poucet, avec des mots qui s’accordent ensemble dans une danse du rythme et de la langue que chacun peut apprécier à sa juste valeur. Toujours avec cette douceur qui lui est propre, cette prudence dans l’âge fragile où il enveloppe ses mots tendrement tout en oubliant pas de parfois les laisser tomber drus, Stéphane Servant livre avec les dessins drôles et originaux de Laetitia Le Saux un récit juste et plein de bonne humeur. Les deux auteurs parlent ainsi d’un certain sexisme, d’une vision trop simpliste du carnaval et bien plus loin d’une vision trop fermée, sans ouverture, au choix de la sexualité d’un enfant. Ici Petit Ours souhaite se déguiser en Boucle d’Ours ce qui est inadmissible pour Papa Ours qui veut voir son fils en déguisement d’Ours, de vrai Ours, comme un Homme pour l’humain. Pourquoi n’aurait-il pas droit ? Pourquoi ne pourrait-il pas se déguiser en fille ? Et pourquoi un garçon ne porterait pas rose, couettes, et robe ? Peut-être parlent-ils aussi comme dit plus tôt du choix d’une sexualité mais c’est peut-être aller trop loin pour un tel album, même s'il peut sensibiliser l'enfant au fait que des hommes peuvent devenir femme et inversement, sans que cela ne choque pour autant. Néanmoins l’album farfelu et détournant avec plein d’humour le conte de Boucle d’Or, et reste instructif avec justesse et tendresse pour l’enfant dans une ambiance de fête !

    SI VOUS VOULEZ ÊTRE LIBRES EN QUELQUES BATTEMENTS D’AILES, DE MOTS, D’ELLE

    Elise Fontenaille, avec son court récit La cérémonie d’hiver, n’épargne pas le lecteur. Une histoire forte aux mots tranchants, voilà en quelques mots comment on peut résumer ce roman d’une petite centaine de pages. Il va droit au coeur, droit au corps, et s’écrit avec justesse autour d’une relation pleine d’émotion entre une jeune fille et un animal, qui a vu sa grand-mère mourir en prison. Les mots sont nets, appliqués et elle ne passe par mille chemins pour raconter son histoire qui prend aux tripes et secoue très fortement. L’émotion passe ainsi nettement, sans amadouer, et même si elle est parfois trop discrète, trop rapide, elle n’épargne pas. Ce récit en un souffle prend de court, c’est le cas de le dire, et nous offre un appel à la liberté, à la paix, au respect, et à l’amour pour l’animal, et pas l’animalité. Ca fait mal, comme une courte lame.

    FRAIS, ESTIVAL, PETILLANT ET TOUT CA EN QUELQUES PAGES



                    Cette nouvelle série aux éditions Nathan est faite de mystères et de rires. A dévorer sur la plage l’été ou dans son canapé au soleil, Le club des tongs est une série fraîche et amicale qui offre un bon bol d’air. Avec trois jeunes amies qui se rencontrent l’été, se lance une aventure presque épique autour d’un mystère familial entre ces trois amies qui vont découvrir que l’amitié vaut plus qu’un trésor dans ce tome 1, et qu’on choisit ses amis, ou si on les choisit pas c’est eux qui nous choisissent et pas nos parents. Un roman court mais drôle, avec des personnages attachants et une intrigue intéressante, malgré quelques passages plus superflus, et parfois revisités. On s’amuse, et c’est peut-être ce qui plaît parfois dans un roman court et pétillant.

    SI VOUS CHERCHEZ DANS LES MOTS L’INTENSITE D’UN SOUFFLE

    Je me permets de republier une chronique de deux courts livres que vous pouvez retrouver ici >>>, qui m’intéresse dans le cadre de cet article car elle montre à quel points des textes courts peuvent être aussi intenses, voir plus, qu’un roman plus épais.
                    Lu à voix haute sur la plage, face à la mer, Cheval Océan sait emporter son lecteur. Stéphane Servant par ce petit récit très court, mais aguerri, nous montre encore son talent à raconter, et à écrire. Ici, une histoire forte, qui met en scène une jeune fille amoureuse, mais bientôt mise face à une épreuve qui va tout changer. Au milieu de l’océan, qui commence à devenir plus épais, plus énergique, et qui laisse voir peu à peu sa force, sa puissance, on se prend à le redouter, alors qu’il a dans sa splendeur toujours évoqué le bonheur. Tout cela se sent dans les mots de l’auteur qui écrit avec une force décuplé pour nous montrer cette vision de l’océan, tel un cheval trop trempé, trop trapu, qui pourrait détruire beaucoup de choses : le paysage, la vie, les rêves. Avec une héroïne désenchantée, affaiblie, sans plus de rêve que l’Après, Stéphane Servant nous montre la force des mots. Si on la voit dès le début dans son récit gracieux, dans ses personnages sensibles et graves, dans son style dramatique au ton caverneux, une voix sortie de loin, d’un cri retenu, on le remarque après dans les citations de cette amie aimante des mots qui en trouvent des déjà écrits pour un jour inventer les siens. Enfin, on le ressent pleinement dans ce récit qui prend son sérieux, son ton tragique, cet appel à l’aide qui monte, cette voix, ce dialogue à un être encore inconnu, lointain, et on a un peu l’impression que cette femme est notre mère qui nous accouche pour nous faire renaître, par les mots, avec les mots… Voir le monde d’une autre façon si sérieuse qu’on en lâcherait notre larme, qu’on en lâcherait nos mots. C’est un récit court, sensible, affuté, aiguisé, pour nous montrer toute la force des mots quand ils sont dits avec  une franchise vigoureuse, et habile.

                    Antoine Dole, lui, réussit avec talent cette franchise ferme, et directe, sans hésitation. Il écrit sur un adolescent, très jeune, qui doit s’accepter et se faire accepter, de part son homosexualité. Au milieu d’un contexte marqué, ce texte prend son écho, cette voix s’amplifie et marque par son honnêteté et son envie de délivrer un message par des mots droits, abrupts. Mais Antoine Dole veut plutôt montrer cette acceptation, cet apprentissage de soi et des autres, de pouvoir dire les choses, de pouvoir les montrer, de pouvoir user des mots pour se battre. S’il réussit très bien son envie de faire passer ce message, cet apprentissage de la vie et de soi, de sa singularité qui a tout autant sa force que chacun,  on a envie d’y voir un récit court, qui dira les mots plus qu’il s’en servira. Il n’y a pas que cette histoire et ce message d’acceptation, il y a peut-être cette force des mots montrée avec brio, qui sert à dire les choses, à les mettre sur la table, sans équivoque. Des mots pour dire les mots, parce qu’ils montrent aussi leurs faiblesses quand ils sont mal dits, mal compris, mal formulés ou qu’ils ont du mal à sortir. Avec un récit simple, avec un message franc, Antoine Dole nous convainc que les mots sont beaucoup, qu’ils ne font pas tout, mais qu’ils en font déjà bien assez. Un texte honnête, sensible, et singulier.

    En bref, les romans courts peuvent être un peu faciles comme Le club des tongs tout en restant divertissant ou frais, tout comme puissants et singuliers comme Cheval Océan, A copier 100 fois...


    La cérémonie d'hiver


    Par Elise Fontenaille
    Aux éditions Le Rouergue - Collection DoAdo Noir
    96 pages
    7,25 €

    Le club des tongs tome 1

    Trois meilleures amies, des tongs… un été inoubliable !

    Quand Lizzie rencontre Sierra et Tash, son été sur Sunday Island s'illumine. Les trois filles deviennent vite les meilleures amies du monde. Avec Mojo, le petit chien de Tash, elles explorent l'île. Mais voilà : ce n'est pas pour rien qu'on surnomme Sunday Island l'île des mystères. Celui qu'elles découvrent pourrait bien menacer leur amitié...


    Par Ellen Richardson
    Aux éditions Nathan Jeunesse
    160 pages
    9,95 €

    Le club des tongs tome 2

    Trois meilleures amies, des tongs… un été inoubliable !

    Des baleines ont été repérées au large de Sunday Island ! Tash, Lizzie et Sierra veulent être les premières à les photographiers. Elles embarquent à bord du voilier de Tash. Mais elles font naufrage ! Les voilà seules sur une île déserte, alors que personne ne sait où elles sont... 
    Par Ellen Richardson
    Aux éditions Nathan Jeunesse
    160 pages
    9,95 €

    Boucle d'Ours



    Par Stéphane Servant et Laetitia Le Saux
    Aux éditions Didier Jeunesse
    32 pages
    12,50 €

    Cheval Océan



    Par Stéphane Servant
    Aux éditions Actes Sud Junior - Collection D'une seule voix
    72 pages
    9 €

    A copier 100 fois


    Par Antoine Dole
    Aux éditions Sarbacane - Collection Scripto
    64 pages
    6 €

    { 2 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -