• Posté par : Tom 14 juil. 2014



    ◄►◄►◄ Présentation du livre ►◄►◄►



    Par Elizabeth Laban
    Aux éditions Gallimard Jeunesse
    320 pages
    16,50 €

    ◄►◄►◄ Mon avis ►◄►◄►


                    Le ton est lancé, dès la couverture. Une atmosphère glacée, un mystère qui s’évade dans une allée courue, comme pour échapper à quelque chose d’improbable. La photo empoigne et le titre l’annonce, de but en blanc : tragédie. Loin d’un drame, qui n’est pas inévitable, on sait dès le départ, comme un avertissement touchant, ce qui nous attend à la fin du roman. Peut-on vraiment s’y préparer ? Pouvez-vous vraiment savoir qu’en embarquant dans cette histoire, on en ressortira pas indemne ? Ceci n’est pas un drame, c’est une tragédie.


                    Duncan arrive à Irving, lycée privé près de New York où la tradition, à l’internat, est de laisser un cadeau pour le prochain locataire de la chambre. Duncan hérite de la plus petite chambre et va bientôt découvrir les cassettes laissées par Tim, qu’il se met à écouter… Quelque chose de grave est contenue sur ces cassettes, que Duncan ne peut plus lâcher. Que va-t-il découvrir ?


                    Les mots peignent la vie, dans ce roman salé, quand, dès le début, l’atmosphère sensible et aigue empoigne le lecteur. Il y a soudainement le sentiment que quelque chose d’important se prépare. On tourne durant tout le long du roman autour de cette vérité drue et vibrante qui finira par se révéler comme un flocon glacée qui tombe sur notre corps. C’est ce qui sommeille durant toute notre lecture et on attend avec ferveur que la fin arrive, que nous découvrions cette tragédie.


                    Avec ses mots, Elisabeth LaBan s’inscrit en écrivain formidable en restant maître de son intrigue et maître de ses mots. Elle impose un rythme lent, lancinant, et en même temps dynamique et mystérieux. Elle s’empare des mots pour créer une atmosphère étrange, sensible, et touchante.


                    Mais avec cette tragédie, en filigrane, qui nous reste en tête comme un avertissement poignant, la vie se profile dans les deux récits qui se mêlent. Ce roman à plusieurs voix nous dépeint la vie en internat, avec brio, et nous ancre dans une réalité qui nous prend au coeur : on s’y attache, doucement, mais sans faille. Duncan, même si plus effacé, nous touche autant que Tim, albinos qui propose une vision pure et intéressante de sa maladie.


                    Puis les mots emmènent la fin, avec ardeur.  Et vient le moment fatidique, en sentiments impétueux et presque névrosés, où la vérité tombe en une tragédie délicate… presque trop délicate, presque décevante. Malgré une virtuosité littéraire de la romancière, le dénouement est peut-être peu détonnant pour une intrigue si bien menée, avec force de suspens et de mystères. En un sens, la tragédie déjà triste et poignante, ne l’est peut-être paradoxalement pas assez.


                    Finalement, c’est plus que tout cela que nous dépeint ce roman. Avec force et envoûtement, Elizabeth Laban nous arrache la vérité : l’ordre est amené à devenir chaos, notre tragédie est inévitable. Le roman inscrit une nouvelle tragédie dans le répertoire des tragédies artistiques, mais ici avec une réflexion solide et sincère qui nous laisse implacablement ébahis. Mais elle cherche aussi à rendre la vie plus que par la mort et par les tragédies qui nous attendent au cours de notre vie, en nous y faisant face, en nous percutant à cette histoire si belle. Tous nos actes ont une portée, mais on ne maîtrise pas toujours l’ordre de nos actes, comme leur chaos.


                    En conclusion, c’est un roman délicat et magnifique, qui prend au coeur et renverse nos certitudes et nos émotions jusqu’à des derniers mots sincères et droits, forts et réels. Mais la tragédie, annoncée dès le début, décrite avec précision et sincérité jusqu’à une dissertation orale talentueuse, reste en pratique légèrement décevante. On s’attache à l’histoire, aux personnages et à cette voix écrite qu’on a presque l’impression d’entendre, mais la tragédie est-elle si puissante que celle à laquelle nous attendions ? Néanmoins, ceci n’en reste peut-être qu’un avertissement pour vous éviter la déception, car ce roman reste un récit talentueux tout en émotions, en vie, et en mots intrépides, et qui nous offre néanmoins une pensée incroyablement sincère et puissante.
                  

    ◄►◄►◄ LES + ? ►◄►◄►
    - Des personnages vraiment attachants
    - Une intrigue maîtrisée pleine d'émotion
    - Une écriture talentueuse
    - Un mystère épais et envoûtant

    ◄►◄►◄ LES - ? ►◄►◄►
    - Une fin (tragédie) presque décevante


    ◄►◄►◄ EN BREF ►◄►◄►

    Un livre talentueux et touchant, malgré une fin presque décevante.

    Et les autres ?
    D'autres avis d'amis blogueurs !
    • Thalyssa >>> "Dans l'ensemble le roman est bon sans pour autant égaler John Green cependant car la dernière partie est un peu légère selon moi. J'aurais pu avoir un vrai coup de cœur car les 2/3 du roman sont vraiment haletants."
    • Les petites madeleines >>> "Une intrigue sur un campus qui n'est pas niaise mais qui fait quand même découvrir cet univers très particulier des lycées américains et de leurs cortèges de traditions. Les amours tourmentées et le secret maintenu jusqu'aux dernières pages tiennent en haleine les lecteurs jeunes adultes. "

    Si vous avez aimé...
     Voici d'autres idées de lectures si vous avez aimé celui-ci...




    A kiss in the dark, pour l'amour, la force d'un message délivré avec sincérité - "Plus largement, ce roman est un espoir, l’espoir d’une vie douce et magnifique, loin du noir, et juste dans les bras de quelqu’un, ou dans la lumière du soleil couchant sur la plage. Ce livre est un espoir qui brille dans le noir, comme un baiser dans la pénombre…" >>>

    Cavale, pour l'émotion, pour la vie au bout des doigts - "Un roman rempli d’humanité, avec lequel on vibre dans une harmonie totale. Un coup de cœur magique !" >>>

    Love letters to the dead, pour l'amour des mots, l'amour tout court, et la tragédie, qui résonne comme un drame, avec force et beauté - "Ava Dellaira nous délivre sa philosophie avec talent. Véritable ode à la vie, ce roman laisse finalement un véritable sentiment de paix atypique et pourtant si délicat, sur une personnage attachant qui apprend à grandir." >>>

    Nos étoiles contraires, parce que livre parfait, pour l'émotion, pour la fin, pour le coup de poing au coeur, le drame - "Au milieu d’une tempête de sentiments et d’émotions, même le plus inébranlable des lecteurs en ressortira bouleversé, jusqu’au plus profond de son être, là où les étoiles chutent et décollent : là où nos sentiments sont les plus incertains, et plus vrais aussi." >>>

    { 2 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. Salut !
      Juste pour te prévenir que je t'ai taguée pour le liebster award !
      Tu peux voir le lien avec les questions ici : http://plumedesmots.blogspot.fr/2014/07/tag-2-liebster-award.html
      Voilà !

      RépondreSupprimer
    2. J'avoue qu'après ton avis, on ne peut contester que la couverture donne le ton !!! Elle m'inspire malgré al froideur qui s'en dégage ... Merci pour cette découverte que je note avec plaisir :-)

      RépondreSupprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -