• Posté par : Tom 9 juil. 2014


    ◄►◄►◄ Présentation du livre ►◄►◄►



    Par Ava Dellaira
    Aux éditions Michel Lafon
    420 pages
    16,95 €

    ◄►◄►◄ Mon avis ►◄►◄►




                    « Un ami est celui qui vous laisse l’entière liberté d’être vous-même » disait Jim Morrison - à qui Laurel écrit dans ce livre, du moins en partie. Mais dans ce cas-là, c’est le livre qui, fabuleux, nous laisse l’entière liberté d’être nous-mêmes, et bien plus nous confronte à notre propre personne, comme au monde entier. En fait, Ava Dellaira écrit pour rendre la vie telle qu’elle est, mais aussi la mort. Et au fur et à mesure que les mots s’éprennent de la feuille, on s’entiche de ce texte, tissé avec soin et inclination, avec amour et poésie. Love letters to the dead est une envolée livresque qui balaie tout d’un claquement d’aile, ou un battement d’elle.
     
                    May, la sœur de Laurel est morte. Ce hors-champ qui se glisse petit à petit dans l’histoire apparaît dès le début comme un drame qui aurait pu être évité, mais qui lance ainsi l’écriture… Laurel, à qui on demande pour une rédaction d’écrire à un disparu, choisit Kurt Cobain, et le roman débute. Récit épistolaire charmant et singulier, l’écriture intense et sensible nous emporte dès les premières lettres. On se prend d’affection pour ce récit qui nous éclaire de l’intérieur sur un monde ébranlé par une mort injuste. On vit cette histoire pleinement à imaginer ce qu’était la vie avec May, en s’assimilant aux épisodes du passé contés par Laurel, et cette narration fonctionne avec succès.

                    Et bien plus que cela, cette écriture est talentueuse et singulière. Elle vient des tripes, et elle serre les tripes. En fait, ces mots sont lumière, et Ava Dellaira n’hésite pas une seconde à s’en saisir pour les lancer ou s’en délecter, comme une adulte en mal d’enfance. Elle les amasse comme des trésors et sait les ressortir au bon moment, trouver le mot juste. Son écriture, limpide, et sincère, réussit sans difficulté à nous faire vibrer. Plus sincèrement, on suffoque, on est ébranlé, on s’extirpe tant bien que mal sur la même longueur d’onde que Laurel qui parle d’une histoire qui pèse lourd dans la gorge, mais qui s’envole dans les mots.

                    Si ces lettres sont écrites d’une main de maître, ce qui reste le plus gros point fort du livre, c’est une histoire tendre et poignante qu’écrit l’auteure, avec une intrigue qui nous prend à la gorge jusqu’à la fin, belle et terriblement juste, mais c’est aussi une vie drôle, audacieusement assurée, et vibrante, que nous offre Ava Dellaira. En un sens, le monde si réel de Laurel devient le nôtre. Elle et sa fragilité timide, son envie d’être plus que cela, Hannah et sa folie, son excentricité qui se transforme souvent en incertitude vainement feinte, Natalie et son amour infaillible et pourtant précaire, mais aussi Tristan et son affranchissement qui cache tant d’amour, Sky et son affront sensible, sa veine d’amoureux éperdu d’attention, comme d’ami perdu… chaque personnage, à sa façon, nous bouleverse, nous fait découvrir le monde et sa vie autrement, d’une façon tantôt délicate, tantôt comique, mais toujours ébranlante. 

                    Finalement, alors que Laurel raconte, vit, l’écrit, la réécrit ou s’exile dans un passé lourd et sombre, on comprend où l’auteure semble se diriger. Et ça fait presque mal d’affronter les terribles vérités, comme de comprendre que le monde n’est pas une usine à exaucer les vœux. En fait, une vie a beau être courte, elle compte. Et l’auteure nous offre plus qu’une vérité qui nous fait mal. Et si le deuil est difficile à surmonter, il apprend, il résonne, il fait écho. Dans une vérité fraîche, vive, et allouée de sincérité, Ava Dellaira nous apprend qu’on est plus que vivant dans la mort : on existe. Enfin, on a beau laisser tomber les gens il y a des choses qui vont au-delà d’un simple abandon, et qui ne s’expliquent pas par ceci. L’ordre des choses est souvent ébranlé pas parce qu’on y peut quelque chose mais parce que l’ordre des choses nous ébranle et nous donne l’impression qu’on l’a nous-mêmes ébranlé. Il y a des choses pour lesquelles on ne peut rien, mais il y en a aussi pour lesquelles on devrait tout faire… Avec un peu de stoïcisme, Ava Dellaira finit par délivrer la vie dans son roman puissant, et authentique.

                    En conclusion, ce roman, plus qu’une leçon de vie, nous confronte à nous-mêmes et nous secoue dans toute sa grâce comme sa puissance. Il n’échoue nulle part, et en plus d’une intrigue authentique, d’une écriture riche, de personnages profonds et singuliers, Ava Dellaira nous délivre sa philosophie avec talent. Véritable ode à la vie, ce roman laisse finalement un véritable sentiment de paix atypique et pourtant si délicat, sur une personnage attachant qui apprend à grandir.

    ◄►◄►◄ LES + ? ►◄►◄►
    - Des personnages profonds et sincères
    - Une intrigue sensible et belle
    - Des émotions follement délicates
    - Une écriture incroyablement poétique et talentueuse

    ◄►◄►◄ EN BREF ►◄►◄►

    Love letters to the dead est une envolée livresque qui balaie tout d’un claquement d’aile, ou un battement d’elle.

    "Surprise, quand j'ai relevé les yeux, Sky me regardait encore. Ses yeux étaient comme ta voix : les clés d'un lieu niché au fond de moi et dont le verrou peut sauter à tout instant." p12
    "Plus on aime quelque chose, plus c'est dur de le perdre."  p17
    "Peut-être qu'on avait pas les mots à l'époque, mais en apprenant que tu étais mort, on a découvert pour la première fois ce qui pouvait arriver à l'innocence." p20
    "Les chiffres au tableau n'ont pour moi aucune importance car, pour la première fois depuis une éternité, je vais quelque part." p240
    "Aujourd'hui, j'ai presque peur, en m'approchant trop de lui, de trébucher et de faure tomber toute la tristesse qu'il cache à l'intérieur." p35
    "Mais je sais que tu ne cherchais pas à être notre héros. Que tu ne cherchais pas à être une idole. Tu cherchais juste à être toi-même. Tu cherchais juste à nous faire entendre ta musique." p41
    "Nous resterons ainsi, dans le bleu électrique profond d'un ciel où il ne fera jamais nuit." p111
    "L'univers est plus grand que l'idée que tu peux t'en faire." p111
    "Toi, tu es mort voici près de deux siècles, à trente-cinq ans seulement. Mais les mots que tu as laissés, eux, sont toujours vivants." p112
    "Il y a deux choses plus importantes que tout le reste : être en danger et être sauvé. Quand on est amoureux, on est en même temps complètement en danger et complètement sauvé !" p149
    "La nuit de Noël est le plus grand moment de silence qui soit, ou presque. Comme si, à cet instant, la Terre entière n'était faite que de souvenirs." p157
    "Les expériences humaines se heurtent souvent aux limites du langage. C'est une des raisons pour laquelle nous avons la poésie." p293
    "Il suffit peut-être de raconter des histoires, même dramatiques, pour ne plus leur appartenir. Pour se les approprier. Et peut-être que grandir, c'est comprendre qu'on peut être autre chose qu'un personnage qui va là om l'histoire le pousse. C'est comprendre que cette histoire, on peut aussi en être l'auteur." p295

    "Les gens peuvent partir mais ils peuvent aussi revenir." p301

    Une musique ?
    Délicatesse, amour, mots,...




    Si vous avez aimé...
     Voici d'autres idées de lectures si vous avez aimé celui-ci...



    A kiss in the dark, pour l'amour, la force d'un message délivré avec sincérité - "Plus largement, ce roman est un espoir, l’espoir d’une vie douce et magnifique, loin du noir, et juste dans les bras de quelqu’un, ou dans la lumière du soleil couchant sur la plage. Ce livre est un espoir qui brille dans le noir, comme un baiser dans la pénombre…" >>>

    Cavale, pour l'émotion, pour la vie au bout des doigts - "Un roman rempli d’humanité, avec lequel on vibre dans une harmonie totale. Un coup de cœur magique !" >>>

    Sujet : Tragédie, pour l'amour des mots, l'amour tout court, le mystère, la tragédie près du drame - "En conclusion, c’est un roman délicat et magnifique, qui prend au coeur et renverse nos certitudes et nos émotions jusqu’à des derniers mots sincères et droits, forts et réels." >>>

    Nos étoiles contraires, parce que livre parfait, pour l'émotion, pour la fin, pour le coup de poing au coeur - "Au milieu d’une tempête de sentiments et d’émotions, même le plus inébranlable des lecteurs en ressortira bouleversé, jusqu’au plus profond de son être, là où les étoiles chutent et décollent : là où nos sentiments sont les plus incertains, et plus vrais aussi." >>>

    { 4 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. Ce livre a été un GROS coup de cœur pour moi, j'ai été bouleversée !

      RépondreSupprimer
    2. On a retenu la même citation du roman !! :)

      RépondreSupprimer
    3. Une amie l'a acheté et m'a dit qu'elle me le passerait (Yeaaah :D !!)
      J'ai vraiment hâte de le lire, avec tous les avis positifs !
      Aaaaah, Birdy ♥
      ...
      http://www.afdmlitteraturejeunesse.blogspot.ca/

      RépondreSupprimer
    4. Ce livre est vraiment incroyable, oh oui ♥

      RépondreSupprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -