• Posté par : Tom 10 juil. 2014


    ◄►◄►◄ Présentation du livre ►◄►◄►



    Par Elsie Chapman
    Aux éditions Lumen
    347 pages
    15 €

    ◄►◄►◄ Mon avis ►◄►◄►





                    Si Dualed était une arme, ce serait une lame affilée : vif, précis, et tranchant, ce roman vous laisse aussi démuni qu’après un combat à mort. Mélange d’action à l’état pur et d’une psychologie solide, Elsie Chapman propose un roman riche, mais aussi complexe, autant par un univers qu’on cerne petit à petit, que par des réflexions intéressantes et fertiles qui alimentent le livre au fur et à mesure de l’histoire. En quelques mots, on n’est jamais sûrs de ressortir vivants de ce livre, ou en tout cas pas en un seul morceau…


                    Au tout début, on découvre la ville de Kersh et son univers étrange, assez terrifiant. Le roman nous présente une cité renfermée, qui laisse grandir les personnes pour n’en garder que la moitié. Pendant leur adolescence, les citoyens sont activés et doivent éliminer leurs doubles en une trentaine de jours. Au fil du roman, on en apprend plus sur le passé de la cité, comme sur l’origine des Alts, doubles génétiquement créés que chacun doit éliminer. L’univers qui est dépeint par petites touches est ainsi extrêmement bien construit, et explore des chemins inattendus et encore inconnus. Elsie Chapman créée un monde troublant mais marqué d’un réalisme sérieux.


                    L’univers est développé de façon à faire écho à notre société et notre univers parfois terriblement affolant, qui nous pousse à imaginer le pire. En un sens, l’auteure nous met face à une cité imaginaire qui pourrait être la nôtre, ou chacun grandit dans l’optique d’en faire un guerrier, une arme, une personne apte à protéger sa famille comme sa ville. On pourrait presque y voir une culture des armes américaine qui nous fait si souvent peur. Néanmoins, sa pensée va plus loin et remet en cause dans cette ville l’humanité des citoyens. D’une façon acerbe et calculée, mais aussi touchante, Elsie Chapman déploie une humanité perdue, où ils se tuent de l’intérieur, tant de façon physique car ils érigent une armée  qui se fait en autodétruisant la moitié de son effectif, que de façon humaine : les citoyens perdent leur humanité en s’enlisant dans une façon d’évoluer propre à une arme : faut-il vraiment gagner sa vie d’une telle façon ? Le plus fort est-il le plus méritant ? Chacun vaut pour ce qu’il veut être ou ce qu’il deviendra, non pour ce qu’il est, voici le problème que pose Elsie Chapman, d’une façon remarquable. On y survit plus qu’on y vit.


                    Tout ceci est porté par une héroïne qui émeut et qui, intransigeante et forte, laisse le lecteur coi. Elle porte sur ses épaule le poids d’une souffrance immense et avance pourtant de pas décidés et avec une main de fer vers un destin qu’elle cherche à maîtriser. Pourtant elle touche par ses pensées qui viennent à nous questionner à travers un monde inhumain qu’elle remet en cause. Sa fragilité sensible s’exprime. A quoi rime tout cela ? Et si elle n’était pas celle qui méritait sa place ? D’elle naissent la plupart des réflexions qui nous touchent en profondeur. Les autres personnages sont attachants, et on n’est pas au bout de nos peines… Chord et Luc, qui entourent West nous émeuvent à leur façon, comme ils nous déchirent.


                    L’intrigue, entre West qui devient chasseuse et son activation, réserve son lot de surprises et avec son rythme implacable, presque lancinant et apeurant, nous entraîne dans une histoire excellente et maîtrisée avec talent. On s’émeut, on sursaute, on vit de tout son corps avec une héroïne qui nous délivre sa pensée humaine avec force. D’une écriture directe et aiguisée, l’auteure délivre un roman finement écrit, qui questionne notre vie, notre survie, nos choix et notre humanité.


                    En conclusion, ce roman puissant remet un message efficace et piquant d’une vérité sincère. Avec un style simple mais direct, elle tranche le récit en scènes efficaces et simples et aiguise ses mots d’une façon singulière. Un récit complexe, un univers riche, une héroïne intense : un roman au récit talentueux.

    ◄►◄►◄ LES + ? ►◄►◄►
    - Des personnages profondément fouillés
    - Une intrigue dynamique, fluide et intense
    - Une écriture tranchante et forte
    - Un univers bien construit et terrifiant
    - Des réflexions fortes et vraies

    ◄►◄►◄ EN BREF ►◄►◄►

    Un récit complexe, un univers riche, une héroïne intense : un roman au récit talentueux.

    Autre chose ?
    La bande-annonce du livre...




    Si vous avez aimé... 


    • Instinct (Chroniques >>>) pour le côté thriller à côté de personnages attachants fouillés.
    • La Voix du Couteau pour le côté extrêmement atypique et ses personnages très attachants
    • Le manuel du serial killer (Chronique >>>) parce que le mal, la peur, un thriller éblouissant.
    • Les enfants d'Erebus (Chronique à venir) pour le mal, la peur, l'étrangeté... un univers unique.
    • Réseau(x) (Chronique >>>) pour le mal, la complexité, une intrigue extrêmement bien ficelée.

    { 2 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -