• Posté par : Tom 6 mai 2014


    ◄►◄►◄ Présentation du livre ►◄►◄►



    Par Myra Eljundir
    Aux éditions Robert Laffont
    456 pages
    18,50 €

    ◄►◄►◄ Mon avis ►◄►◄►



                    Le bien triomphera-t-il ?

                    « Pourtant, c’est si bon d’être mauvais ». Telle est la phrase qui se répète dans notre cerveau, dans l’air cassant du livre, ou dans nos cœurs tourmentés, à chaque fois qu’on ouvre un des trois tomes de la trilogie Kaleb. Toute cette trilogie s’interroge sur le Mal, qui se confronte au Bien, qui s’y mêle sans qu’on en distingue leurs limites communes. Alors que le premier livre nous introduisait dans la personnalité et toute la complexité du personnage, et que le second tome nous offrait une intrigue forte en actions qui nous menait au cœur de la prophétie en train de s’accomplir, le tome 3 nous apporte enfin la conclusion à tout cela, tout comme ses origines. Qui est vraiment Kaleb ? Comment tout cela finit-il ? Quelle est réellement la prophétie ? Et pourquoi ?

                    Ce dernier roman de la trilogie commence avec force : enfin, nous pouvons nous même accéder au Livre du Volcan, relatant l’Histoire des Enfants du Volcan, objets de cette trilogie. C’est avec une écriture au fil épuré, glissante comme une lame bien aiguisée, que se construisent peu à peu ces chapitres. Le style est différent que dans les autres livres, elle se glisse dans la peau de différents conteurs avec talent, en affinant le style de chacun. Mais toujours il reste de qualité : une plume décidée.

    Myra Eljundir y fonde une mythologie extrêmement épaisse, et indiscutable. Elle nous rappelle l’Histoire humaine, comme celle de religions par leurs rites ou leurs croyances, en inventant la sienne… ou tout simplement en la retranscrivant ? La question reste en suspens. C’est face à une histoire terriblement crédible que se pose le regard acide du lecteur ; il scrute cette mythologie pour s’y trouver à son goût dans ces récits plein de charme, d’emprise. Et si tout était vrai ?

    En alternance au Livre du Volcan, Kaleb et ses amis poursuivent leur combat contre leurs ennemis, ou plutôt l’attendent, et inversement. Au fil de la plume nerveuse de ces parties-là, se délassent en filigrane des personnages qui restent sur le vif, et sans pourtant vraiment agir. Frustration d’une histoire qui s’efface pour une autre. Malgré le talent évident de l’auteure, le déroulé logique de l’histoire est coupé par le Livre du Volcan qui s’étend avec brio sur l’origine de l’Histoire mais empêche parfois de la faire trop avancer.

    Et ce n’est malheureusement qu’à la fin que l’on comprend pourquoi. Bien qu’elle se déroule au présent, la prophétie est ancestrale. Chaque personnage compte. Passé, présent et futur se confondent pour ne former qu’un : une lignée de génération n’est rien face à l’infini du temps, et chacun de ses membres se confondent alors pour un chapitre final trépidant. Et un dénouement foncièrement insoupçonné.

    C’est à ce moment là que se déploie toute la puissance de Myra Eljundir, alors qu’en forme, c’est celle de Kaleb qui explose. C’est l’accomplissement d’un personnage et de tous ceux qui l’entourent, l’accomplissement d’une histoire entière et d’une mythologie antique, l’accomplissement d’une écriture. L’auteure nous confond peut-être dans un doute malsain tout le long pour nous mettre face à l’évidence à la fin. Elle ne nous illusionne en rien dans une vision où le Bien triomphe toujours, où le mal a été vaincu, ou ne nous propose pas non plus une proposition assez commune dans laquelle chacun serait mal et bien. Et pourtant, elle articule une fin qui se veut totalement surprenante sur tout ce à quoi on pouvait s’attendre. La question de la trilogie est : en quoi réside le mal ? Elle nous interroge sur notre vision du mal en la poussant à son paroxysme le plus profond et le plus pernicieux, pour nous montrer finalement qu’il réside peut-être en tout, même en ce qui nous est le plus bon. Où est le mal, où est le bien ?

    Myra Eljundir pose donc une conclusion incroyable à sa trilogie. Avec une écriture ardente, elle propose une vision du mal atypique qui vient nous le poser en une force ancestrale et inévitable. Il est partout… pourtant, il y a l’espoir d’une fin juste. Elle pose un récit explosif, même si trop rapide parfois dans ce troisième volet, avec des personnages qui s’affirment en puissances raisonnées, comme en maillons d’un tout qui tend vers un seul et unique but.

    Volcanique.


    ◄►◄►◄ LES + ? ►◄►◄►
    - Une écriture ardente
    - Des personnages profonds et unis dans un tout
    - Une fin vraiment bien ancrée, réfléchie avec une réflexion intéressante
    - Une mythologie incroyable


    ◄►◄►◄ LES - ? ►◄►◄►
    - L'histoire est dévalorisée quant au livre du Volcan
    - Un peu rapide pour une fin ?

    ◄►◄►◄ EN BREF ►◄►◄►

    Une fin volcanique !


    "Sans savoir d'où l'on vient, il est difficile de s'inscrire dans le présent et de construire un avenir." p28
    " Je suis peut-être jeune, mais mon âme est pure et solide. Elle sait oublier les artifices dont trop souvent les gens se parent, pour lire directement dans leur cœur."
    " Mais je préfère mourir debout que vivre à genoux."

    Une musique ?
    Puissance, comme un chant de guerre, voix ancestrales qui entonnent une mélopée triste et maudite...




    Et les autres ?
    D'autres avis de blogueurs !
    • Jordan (Wandering-World) >>> "Ce roman, c'est un monstre, un pur ovni de la littérature YA. C'est bien la première fois de ma vie que je lis une histoire aussi étrange et aussi obsédante."
    • Ilnyak1pas >>> "Un dernier tome surprenant de part sa composition et sa forme, dans la continuité de cette saga si particulière et atypique."
    • Esmeria >>> "Pour conclure, ce tome conclu a merveille cette trilogie marquante et atypique."

    { 3 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. Ahh ! Encore une saga de la Collection R que j'adorerais commencer...
      J'adore la musique d'Arcade Fire sinon ♥

      RépondreSupprimer
    2. Une belle chronique coupin <3 J'attends que tu me le prêtes maintenant ! :D

      RépondreSupprimer
    3. Merci à vous deux pour vos commentaires ;D
      Ahh Arcade fire ;) ♥

      RépondreSupprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -