• Posté par : Tom 11 févr. 2014



    ◄►◄►◄ Présentation du livre ►◄►◄►

    Une tache rouge sur l’oreiller, juste sous les cheveux de sa maman, morte sous les coups de son mari. Voilà ce que le petit garçon a vu, à cinq ans… Pour survivre, Kyle se jette à cœur perdu dans la musique, que sa mère aimait tant. Vingt ans après, devenu leader d’un groupe de rock, il est célèbre dans le monde entier. Mais inapte au bonheur.
    Coryn, elle, a grandi dans une banlieue sans charme. À dix-sept ans, elle tombe dans les bras de Jack Brannigan, qui fou amoureux l’épouse, mais, jaloux et violent, l’enferme dans une prison dorée, « Parce que tu m’appartiens… » 
    Comment ces deux êtres que tout semble séparer auraient-ils la moindre chance de s’aimer ? Pourtant, à l’instant précis où les destins s’entremêlent, chacun d’eux sait que sa vie ne sera plus jamais la même.


    Par Angélique Barberat
    Aux éditions Michel Lafon
    426 pages
    17,95 €

    ◄►◄►◄ Mon avis ►◄►◄►

                    J’avais vraiment beaucoup envie de lire ce livre. Une envie folle d’une belle lecture, une envie folle de découvrir le monde, une envie folle de vivre quelque chose de fort. Ca n’a pas manqué. Vraiment. On entre dans ce livre comme dans un bain brûlant : c’est agréable et parfois trop. Et ça nous brûle le cœur. Ce roman m’a brûlé le cœur, et il s’en est fallu de peu pour tout atteindre. Un roman renversant, sublime, qui vous transportera bien plus loin que vous ne l’aurez imaginé.
                    Kyle découvre un jour, à 5 ans, sa mère morte, tuée sous les coups de son mari. Il décide alors de vivre pour la musique, musique dont sa mère vivait, comme on vit dans un rêve. Des années et des années plus tard, il est rock star, mais n’est plus sûr de rien. Jusqu’à l’accident.

                    Coryn se marie, tout semble parfait. Après une enfance un peu difficile, elle a trouvé l’amour, et un parti qui ravit tout le monde. Mais sa vie ne l’est pas : peur, solitude, déceptions… violence. Tout est gâché. Jusqu’à l’accident.
                    Rien ne supposait que puissent un jour se rejoindre leurs deux histoires. On suit chacune une à une, on s’y accroche, dès le départ on s’attache à chacun de ces personnages : un Kyle bouleversant, plein de vie, d’amour, de souvenirs brisés. Une Coryn pleine de forces, d’espoir, d’amours, de rêves brisés.
    Voilà ce qui réunit nos deux personnages et ce qui est maîtrisé avec grâce et brio dans ce roman : ils sont brisés. Brisés différemment, parce qu’un humain qui se brise n’a jamais les mêmes fêlures, mais ils le sont tous les deux avec beaucoup de justesse. Ils sont touchants, renversants, parfaits. Sensiblement étonnants.
    L’écriture aussi est parfaitement maîtrisée. Un style littéraire impeccable, de l’émotion au bout de la plume, des sentiments dans chaque tâche d’encre. Les mots semblent jetés sur la page comme des larmes, des rires, ou des cris. Comme des sourires, des partages ou des caresses. Comme tant de gestes sentiments, ou faits humains indéniables.
    Tout est fort, du rythme lancinant, fragile, incertain, plein de douceur et pourtant de rebondissements en tous genres, aux personnages profonds et développés qu’ils soient attachants ou extrêmement repoussants, en passant par l’écriture sensible, les sentiments incroyables, la vie qui palpite sous nos doigts et les thèmes abordés avec des mots qui touchent juste, des mots qui vont droit au coeur, des mots qui bouleversent, pour un combat perpétuel contre cette violence conjugale. Choquante, vraie et interprétée avec minutie et un combat littéraire indéniablement et sensiblement profond.
    C’est la justesse qui m’a marqué dans ce livre : celle des personnages qui souffrent, vivent, s’aiment. Celle de l’écriture implacable, impeccable, sensible. Celle des sentiments vivants, incroyables, vibrant. Celle de l’amour, qui se détache dans ce brouhaha, dans ce capharnaüm indescriptiblement attachant et organisé comme un tableau de maître.
                    Ce roman m’a happé dans toute sa splendeur. Amour et haine se côtoient dans un mélange, dans une explosion de douleurs, de sentiments et d’émotions. L’auteure repousse toutes les limites pour que ses mots justes gravent en nous. Percutant de sensibilité et terrifiant de vérité, elle nous offre une vision absolument claire de son thème dur et fragile, malheureusement vraie, pleine de poésie et rempli d’amour pourtant. La vie n’a jamais été aussi cruelle, la vie n’a jamais été aussi belle. Ce roman nous touche dans toute sa gravité, dans toute sa violence. Et dans toute sa quintessence.


    ◄►◄►◄ LES + ? ►◄►◄►
    - Des personnages profonds
    - Une intrigue unique
    - Des rebondissements, du rythme, de la maîtrise
    - Une style inégalable
    - De l'émotion, à chaque page ♥

    ◄►◄►◄ LES - ? ►◄►◄►
    -Aucun ♥
    ◄►◄►◄ EN BREF ►◄►◄►

    Bouleversant de vérité et remuant d'émotions fortes.
    "Ce roman nous touche dans toute sa gravité, dans toute sa violence. Et dans toute sa quintessence."


    "- Je crois, Kyle, que les hommes ont toujours eu besoin de musique. La musique vit en toi maintenant." -P10
     "Kyle avait cinq ans. A cinq ans on comprend certaines choses... Mais pas toutes les choses." P11
    "Alors oui ce rayon lui faisait croire - et peut-être espérer - que les choses seraient différentes. Que ce qui était écrit dans les romans était possible. Qu'un homme s'occuperait d'elle, qu'il écouterait ses rêves. Qu'il saurait admirer les étoiles et les nuages qui se délitent. Qu'il aimerait les arbres quand ils dansent sous le vent. Ni lui ni elle ne diraient un mot. Ils resteraient là et seraient heureux. Juste heureux de regarder ensemble les branches qui s'accrochent et se décrochent. Il la prendrait dans ses bras..." P18
    "Un ami c'est pour la vie." P38
    "Un soir, en regardant son frère jouer, Jane fut si troublée qu'elle aurait voulu le serrer contre elle pour lui dire tout ça. Lui dire merci. Comme toutes les spectateurs." P39
    "- Tu sais être libre, Kyle.
    - Je veux être libre." P43
    "Il pensait que les branches servaient à ça, à retenir les gens quand ils sont seuls et perdus." P46
    "On ne sait pas pourquoi on accepte les choses. Peut-être parce qu'elles viennent doucement... Petit à petit. Sans bruit. Peut-être parce qu'on ne s'y attend pas et qu'on ne s'en rend pas vraiment compte... Ou bien est parce ce qu'elles sont si horribles qu'on ne peut y croire ?" P60
    "Comment brise-t-on les rêves de quelqu'un ?" P171
    "Il vit sa musique se fracasser sur le sol." P282
    "Je ne me suis pas trompée de rêve." P418

    Si vous avez aimé...
     Voici d'autres idées de lectures si vous avez aimé celui-ci... Deux auteurs à découvrir !


    Gilles Paris pour L'été des lucioles et Au pays des kangourous, pour l'émotion, l'enfance, les papillons dans le ventre et les regards sur le monde - "Et ce livre, c’est tous nos étés d’enfance. Ce livre c’est notre regard d’enfant qui comprend. Ce livre c’est les rires sur la plage, les mamans qui s’embrassent, les vagues qui menacent, la foudre et sa peur, les enfants qui courent, les émois d’enfance, les vérités dures, les histoires de famille, le passé qui ressurgit, ce qu’on ne comprend pas… ce livre c’est toute notre enfance." >>>
    Carole Martinez pour Le coeur cousu et Du domaine des murmures, pour l'émotion, les générations, la famille, l'amour, la magie... et l'écriture - "Chaque mot est unique, chaque mot est une bulle qui éclate dans un écho de sentiments, chaque sensation est une phrase qui vous prend et remue, chaque virgule est une pause silencieuse dans le temps qui mérite d’être écoutée, chaque chose à sa place, et on y prend nous même une petite part sincère. " >>>

    Une musique ?
    L'émotion, le piano, les notes et la voix qui s'entremêlent, les destins liés...




    Un film ?
    Pour les destins qui se mêlent, les personnages qui se lient, l'amour, les sentiments, l'émotion... La fin...
    Amélie, une jeune serveuse dans un bar de Montmartre, passe son temps à observer les gens et à laisser son imagination divaguer. Elle s'est fixé un but : faire le bien de ceux qui l'entourent. Elle invente alors des stratagèmes pour intervenir incognito dans leur existence.
    Le chemin d'Amélie est jalonné de rencontres : Georgette, la buraliste hypocondriaque ; Lucien, le commis d'épicerie ; Madeleine Wallace, la concierge portée sur le porto et les chiens empaillés ; Raymond Dufayel alias "l'homme de verre", son voisin qui ne vit qu'à travers une reproduction d'un tableau de Renoir.
    Cette quête du bonheur amène Amélie à faire la connaissance de Nino Quincampoix, un étrange "prince charmant". Celui-ci partage son temps entre un train fantôme et un sex-shop, et cherche à identifier un inconnu dont la photo réapparaît sans cesse dans plusieurs cabines de Photomaton.
    2001
    de Jean-Pierre Jeunet
    120 minutes

    { 21 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. J'ai adoré ce livre... Il m'a happée également, belle chronique!

      RépondreSupprimer
    2. Waow, c'est une très très belle chronique, comme toujours ! Mais je vais finir par te boycotter, tu mets trop de livres dans ma wish List =)

      Ta jolie plume me donne très envie de le lire :)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Merci merci et non ne me boycotte pas ;D ♥

        Supprimer
    3. Oh il n'a que d'excellents avis celui là...

      RépondreSupprimer
    4. Comment ne pas être bouleversée à mon tour par votre commentaire ! Il me va droit au cœur. Il me renverse comme Kyle et Coryn m'ont renversée tout au long de l'écriture. Je leur doit beaucoup.

      Je suis profondément heureuse de lire les passages et les mots qui vous ont touchée. Merci ! Angélique Barbérat

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. J'avais bien eu le commentaire sans le poster alors en tout cas mille mercis pour vos mots je suis infiniment touché... Bien à vous, et continuez d'écrire aussi fortement avec beauté et justesse.

        Supprimer
    5. C'est un film magique avec une superbe BO!

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Euh oui mais là on parle surtout du livre...

        Supprimer
    6. Angélique Barbératfévrier 17, 2014 1:52 PM

      Comment ne pas être renversée par votre commentaire...

      Je suis émue et infiniment touchée. Vous avez trouvé les mots qui me vont droit au cœur. Merci,

      Angélique Barbérat

      RépondreSupprimer
    7. J'ai extrêmement envie de le lire maintenant ♥

      RépondreSupprimer
    8. Il est extrêmement magnifique.

      RépondreSupprimer
    9. Tu m'as vraiment VRAIMENT donné envie de le lire !

      RépondreSupprimer
    10. Il me tente beaucoup ce livre mais j'en ai acheté beaucoup dernièrement :(

      RépondreSupprimer
    11. Ce livre est carrément génial,je l'ai dévoré plus que lu en une semaine!!! Bravo à l'auteure.
      Et merci pour cette chronique qui m'a donné envie de l'avoir et de le lire. :-)

      RépondreSupprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -