• Posté par : Tom 6 nov. 2013


    Dans le cadre de l'événement Les Héros à l'Honneur, retrouvez des mini-interviews d'auteurs régulièrement dans le mois !


     
     L'auteur présenté par son éditeur
    Sous le mystérieux pseudonyme de Myra Eljundir se cache une auteure et scénariste francophone de talent, vivant en Islande. À l'instar de Kaleb, sa trop grande empathie l'a conduite à s'isoler. Une façon de se protéger, ainsi que ceux qu'elle aime.




    _______________________
     L'interview
    _______________________

    Tom : Pour vous, qu'est-ce qu'un héros, et pourquoi le lecteur s'y attache-t-il ?
    Myra Eljundir : Un héros, pour moi, c'est une quintessence. Un concentré de ce que l'humain peut produire de meilleur ou de pire. Homme ou femme, mais humain, avec tout ce que ça peut comporter de beauté et de laideur, de force et de faiblesse. C'est un être tellement campé, enraciné dans la terre que son âme ressemble à un arbre. Arbre frêle, bourgeonnant, centenaire ou carbonisé, ses branches ne cessent de s'élever vers le ciel pour transcender ses vertus ou ses vices. Un héros questionne sur le libre-arbitre : a-ton vraiment le choix d'un destin ou ne fait-on qu'embrasser ce pour quoi on est fait, ce pour quoi on a été élevé, ce à quoi on a été conditionné ? Un héros, c'est celui qui accomplit l'aphorisme de Pindare : "Deviens ce que tu es". Sa trajectoire, du début à la fin de l'histoire, ne dévie pas alors que lui évolue drastiquement, se forge, se cisèle... Sans concession, mais non sans douter. Il est à la fois marionnettiste et poupée, il est pur, unique et universel à la fois. S'il nous parle à ce point, qu'on l'adore ou le déteste, c'est parce qu'il nous renvoie à nos peurs ou nos ambitions les plus secrètes, les plus profondes, qu'elles soient grandioses ou démoniaques. Et qu'on s'en défende ou le revendique, force est de constater qu'on adore ça...

    _______________________
     Son héros
    _______________________

    Kaleb
    "On a un personnage principal fort, séduisant mais surtout complexe. A l’image de l’histoire. Car pendant tout le livre on voit que le bien et le mal se battent, se fusionnent, se rassemblent, s’écartent… on a une histoire sombre, mais surtout un côté psychologique je trouve au personne dans le sens où l’on suit son combat intérieur. Il est maléfique, mais aussi bon, et a peut être juste besoin d’amour, notamment paternel et maternel…"
    (Extrait de ma chronique du tome 1.)
    "Un héros plus qu’anti-héros, car c’est le Mal incarné, qui va vous toucher, comme il l’a fait pour moi. Il devient, au fur et à mesure de l’histoire, quelqu’un de fort tant du côté physique, tant du côté de ses pouvoirs maléfiques et du côté psychologique : il va évoluer, balancer entre Bien et Mal, penchant plus du second côté, mais m’a parfois extrêmement touché par ses moments de réflexion vraiment humains."
    (Extrait de ma chronique du tome 2.)

    _______________________
     Pour aller plus loin
    _______________________

    Mes chroniques :
    • Kaleb I >>>
    • Kaleb II >>>

      Une interview de l'auteure

    { 2 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -