• Posté par : Tom 18 oct. 2013


    ◄►◄►◄ Présentation du livre ►◄►◄►


    Salicande est en effervescence. L’équinoxe approche, et avec elle la fête du "Temps Vert" qui célèbre les retrouvailles avec la vie, quand le froid et la nuit cèdent la place à la lumière et à la fécondité. Quatre lunaisons ont passé depuis le tournoi et l’incendie, depuis le mystérieux phénomène des sphères qui a entraîné la mort de Bahir et d’Eben, la disparition de Jad et de Jwel. Quelques décades à peine se sont écoulées depuis l’attaque des bandits, magistralement contrée par Ugh, revenu des limbes doté d’une puissance qu’il découvre. Le peuple des Arbres dans le parc du château et à, leur contact, Salicande s’ouvre à d’autres sensibilités. L’arrivée de Tierra a scellé la reconstitution de l’Alliance qui sait qu’elle doit se préparer à de nouvelles tentatives de "passage" de cet ennemi inconnu et que les Temps d’Avant n’en ont pas fini de menacer la fragile harmonie de Salicande. Mais il faut convaincre le village, plus enclin à profiter de ce Temps Vert qui fait bouillonner toutes les énergies. Un trio amoureux improbable. Un bébé magique. Des deuils qui s’égrènent, des amours qui s’ébauchent. Des échanges qui se tissent, des dons qui éclosent. L’équinoxe approche. Temps de passage. Salicande frissonne, des retrouvailles s’annoncent.


    Par Pauline Alphen
    Aux éditions Hachette
    15euros 90
    384 pages 
    Sortie le 23 octobre 2013


    ◄►◄►◄ Mon avis ►◄►◄►




                    Que dire ? Que faire ? Ecouter ? Rire ? Pleurer ? Lire ? Sentir ? Je me sens… inutile et en même temps maillon improbablement minuscule d’une chaîne gigantesque. J’ai l’impression d’être ressorti une nouvelle fois changé de cet univers magnifique, profond, unique, transcendant, merveilleux. Je ne sais comment décrire ce que j’ai ressenti à la lecture… je vais essayer de le faire au mieux dans cette chronique. Cette sensation de famille, de chaleur, de découverte, d’attachement, de symbiose, de quintessence dans un éther sensible. En tout cas, autant que tous les autres tomes de cette saga magnifique, ce quatrième volet est un coup de cœur… et c’est un euphémisme. C’est un choc, un électrocute, un profond et indescriptible sentiment d’éternité condensée en quelques 300 pages…

                    Salicande. Cette vie qui grouille, cet espace qui s’ouvre, cette société qui se développe, ces sensations qui s’intensifient, la magie qui s’émule dans cette ambiance unique. Salicande et son originalité, Salicande et ses changements, Salicande. Les personnages qui ressurgissent et nous entraîne dans cette danse, dans ces préparatifs ardents de la fête du Temps Vert. Espoir. Un changement qui s’approche… et bientôt, un Passage.

                    Je me suis retrouvé plongé de nouveau dans cette histoire, dans ce monde, dans cet univers sensible et exceptionnel. J’ai adoré ces retrouvailles qui avaient eu lieu pour la dernière fois au Temps Jaune de la dernière lunée… quelle beauté, quelle puissance, quelle intensité que ces magnifique et belles retrouvailles, ces relations qui se retissent, qui vous entraînent au sein d’un ensemble pur, simple, et sincère. J’ai trouvé le tout de ces personnages totalement unique, comme toujours, totalement parfait. Chacun a son essence et je ne les répèterais pas mais pourtant chacun a évolué et nous offre une facette nouvelle et inattendue. Des personnages se lèvent, se relèvent, se révèlent, d’autres s’effacent, font face ou effacent. On retrouve même un jumeau, bien trop loin et qui semble se rapprocher peu à peu… de son but ? De nous ? De sa quête ? En tout cas il est là… au contraire, Claris est absente. Et quel manque ! Quelle envie que de prolonger des moments intenses à ses côtés… Claris. Et dans ce tout explosif, c’est l’émotion, les sentiments, les sensations, les perceptions qui restent, résistent, persistent, s’envolent vers nos cœurs enracinés dans cette envie spéciale que d’en lire toujours plus.

                    L’univers. Le lieu. Le décor. Salicande. Cette vallée, cet espace clos qui s’ouvre, se développe, on s’y retrouve comme on rentre chez soi et qu’on se fait une bonne tasse de chococaf… chaleur, amitié, un foyer. Un foyer qui mute, néanmoins et qui nous laisse à voir de nouveaux aspects, des nouvelles mentalités, et des nouvelles têtes qui viennent s’ajouter à cette petite communauté saine et agréable. De plus cette communauté qui se forme de plus en plus soudée et sociétaire, nous laisse à voir le développement d’un système politique. J’ai adoré toutes ces références, toutes ces idées, toutes ces forces originales qui sortent et enveloppent le roman d’un nouvel univers.
                    De plus, la communauté est agrandie par les Empathes… ces êtres d’exception, étonnants et originaux, nous offre alors une relative vision du monde, une toute autre vue sur son déroulement et ce qu’il était, est, devient et deviendra. J’ai trouvé fascinant cette partie des Humains, je me suis fondu dans cette rivière, dans ce lagon, dans ce lac commun, dans cette étrange eau, limpide, troublée uniquement par des pensées trop vives. Cette ardeur vieillissante d’un sage puéril ; ce parfum doux sucré de l’amour enfariné ; cette plume bien légère, mais d’un poids trop chagrin, qui écrit l’émotion ; cette force guerrière libérée d’un lourd voile… Et bien d’autres, avec surtout au centre cette tendre enfance touchante, qui unit tous ces liens, toutes ces émotions saisissantes et sincères qui nous traversent et vous laissent pantois.


                    Et ce livre est une leçon de vie. Il nous offre tellement de réflexions et de pensées. Ce sont des méditations, des philosophies, des idées… on plonge dans l’esprit épatant de l’auteur, dans ce remarquable livre qui vous remue et vous questionne. Toutes sortes de sujets qui sont abordés avec humour mais aussi et surtout un sérieux sensible et touchant. De l’émotion, des sentiments, toujours, et encore.

                    Ce livre est unique. Flamboyant, authentique, vrai, singulier. L’histoire, l’intrigue est rythmée et pleine de sens. Pleine de chemins également. Tout se croise, se construit, et au milieu de réflexions, de cette trame qui se file avec force et complexité, de ces personnages exceptionnellement bien construits, fouillés et atypiques,  on se retrouve au milieu d’un roman brillant qui renverse tout ce qu’on pensait acquis sur le genre. Ici c’est quelque chose de formidablement incroyable. On se plonge dans un livre qui nous offre tout ça à la fois : les personnages, l’intrigue, l’histoire, l’univers… tout ça dans un souci du détail et de creuser au maximum chaque élément pour le mener à son paroxysme équilibré au reste. C’en est poignant.

                    Et l’écriture. Bien sûr. Dans les livres de Pauline, où se mêlent des tons de conte philosophique, d’humour, de science-fiction, de fantastique, de relations et de réel, on a tout d’abord la magnifique impression de redécouvrir classique, Littérature et littérature jeunesse… on a l’impression qu’elle réinvente tout. Elle a une approche à l’écriture, aux histoires au livre différente. Une approche de Nomade de l’écriture, en tout cas comme une approche soucieuse et singulière. On sent qu’elle travaille vraiment totalement ce qu’elle écrit, comme elle y met, dans chaque personnage, dans chaque lieu, dans chaque évènement ou relation ou émotion un peu de soi. Du sien. De la chair à ses écrits, de son sang sur sa plume. Et bien sûr, elle écrit aussi bien qu’une étoile illumine le ciel. Avec sagesse, avec beauté, avec magnificence et quintessence. On dirait que chaque mot qu’elle écrit est choisi avec soin… et ça fait du bien. Chaque phrase, ligne ou page pèse et fond sur notre langue comme un bonbon acidulé.


                    Ce roman, comme les premiers, est brillant. D’une singulière lumière qui éclate en votre coeur et dans un tourbillon de sensations, de lumière, d’émotions et de sentiments… dans une ambiance de rêves, de poésie, de puissance et de larmes. De rires. On a pas envie de quitter ce monde saisissant qui vous prend aux tripes et que vous ressentez jusqu’au fond de vous-même, comme par exemple quand vous ressentez un attachement presque fraternel à des personnages qui vous touchent, comme quand vous ressentez cette envie sincère d’être attaché à cette communauté, ou ce lien sublime avec l’écriture, les mots, cette poésie et cette chaleur pleine d’émotions en nuages ouatés qui vous restent dans la gorge et vous laisse comme un goût de manque pur. Maintenant il faut attendre, mais c’est peu à attendre… et je sais que quoi qu’ils arrivent, ce livre reste en moi. Me bouleversant et me changeant. Au plus profond de moi. A jamais.

    ◄►◄►◄ LES + ? ►◄►◄►
    - Un univers complexe
    - Une écriture unique
    - Des personnages uniques et attachants
    - Une intrigue puissante
    - Des réflexions prenantes
    - Une communauté forte et qui nous entraîne dans un livre exceptionnellement et extrêmement magnifique ♥

    ◄►◄►◄ EN BREF ►◄►◄►

    Un quatrième tome unique, sensible, puissant, profond et magnifique... un coup de coeur qui persiste pour une série brillante et singulière.



    { 4 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. *O* C'est tout simplement ça les Éveilleurs ... <3

      RépondreSupprimer
    2. Coucou Tom ! Je sais pas si tu te souviens de moi ça doit faire des mois que je ne suis pas venue désolée !
      Bref ouais Les Éveilleurs c'est vraiment unique incroyablement riche comme univers. Faut que je le lise celui là.
      Feuy

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Coucou ! Si bien sûr ;)
        Quoi de beau ?
        Oui il est... juste parfait.

        Supprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -