• Posté par : Tom 25 juil. 2013



    ◄►◄►◄ Présentation du livre ►◄►◄►

    À Bruxelles, Sixie Van de Vogh est une jeune fille de 15 ans tourmentée. Tous les matins, elle poste sur le DKB les cauchemars effrayants qui ont hanté sa nuit. Et certaines de ses visions funestes s’accomplissent... Sorcière ?
    Beaucoup de gens s’intéressent à elle. Un de ses amis, Theo Chaplin, la suit assidûment sur le DKB et semble chercher à cacher son admiration... Amoureux ?
    Sur le DKB des films reproduisent les cauchemars dangereux de Sixie, meurtres compris... Snuff movies ?
    À Barcelone, Cèsar Diaz, 24 ans, alias Nada#1, millionnaire anarchiste, créateur d’une association de joueurs reproduit grandeur nature dans les capitales européennes des parties de jeux vidéos subversives» Il souhaite embaucher Sixie pour la prochaine partie... Terroriste ?
    À Paris, Jérémy poste sur le DKB un cauchemar qui semble avoir servi de plan d’action à des terroristes qui ont posé une bombe à Paris place Monge, au cœur du quartier latin... prémonition ou complot ?
    Nada#1 confie à Sixie la mission d’aller place Monge pour une reconstitution des attentats qui servira de bande-annonce pour la prochaine partie. Piégée, arrêtée elle est interrogée.
    Tous ces acteurs se retrouvent désormais réunis dans une vaste intrigue ponctuée d’arrestations, de traques, de « parties » et de morts. Mais qui tire vraiment les ficelles de ce drame ?


    Par Vincent Villeminot
    Aux Nathan Jeunesse
    16 euros50
    448 pages 
    Parution le 29 août 2013


    ◄►◄►◄ Mon avis ►◄►◄►

                    Réseau(x) est le nouveau roman de Vincent Villeminot, un auteur que j’adore, et dont j’ai dévoré sa saga Instinct qui fut un total coup de coeur pour moi ! Alors on peut dire que j’attendais vraiment beaucoup de ce roman qui sortira le 12 septembre en librairie ! Malheureusement, et j’en suis réellement triste de l’écrire et d’avoir ressenti ça, mais ce fut une grande déception. Malgré quelques points forts qui m’ont charmé ou en tout cas épaté au niveau construction et intrigue, j’ai, pour la plupart du temps, eu du mal, ou trouvé trop de défauts. Bref, c’est un livre qui a beaucoup de potentiel, mais j’aurais aimé le voir se développer et mettre en avant des qualités qu’il n’a pas. Retour sur le premier tome de ce dyptique.

                    C’est une histoire qu’on a du mal à cerner pour en faire un résumé donc je vais essayer de faire bref. L’histoire se passe dans un futur très proche, dans l’année 201., depuis peu de temps, un nouveau réseau social a été créé, réseau permettant une activité de jour, avec des followers, et de nuit avec les nightfollowers, soit la partie rêves et des cauchemars où on raconte les siens. Il va y avoir tout un tas de protagonistes qui va entrer en jeu : tout d’abord une jeune fille de 15 ans, Sixie pour Sixtine, qui a des troubles du sommeil et fait énormément de cauchemars, qui semblerait être l’héroïne et le centre de tout ; César ou Nada#1, et son armée de clowns noirs, organisant en version réelle des combats dans des grandes villes ; Theo, amoureux éperdu de Sixie ?, et d’autres… Sixie va alors se retrouver au centre de quelque chose qu’elle n’avait pas imaginé, piégée, victime…

                    Pour commencer, parlons des points forts du roman qui m’ont bien plu.

                Déjà, on ne peut pas nier la qualité et l’organisation de la narration. Planifiée heure par heure, jour par jour, on entre dans une organisation extrême, qui nous présente plusieurs personnages en même temps qui évoluent et se croisent, restent de leur côté pour finalement arriver au point culminant où tout se retrouve. C’est un énorme travail qu’a dû accomplir l’auteur et on ne peut que le féliciter pour cela, d’autant que tout cela donne rythme et action au roman.

                    Néanmoins, malgré la force de cette narration, et on peut aussi parler de puissance à l’intrigue qui nous tient dans le secret, tout cela devient parfois trop lourd, trop complexe… on ne comprend pas forcément tout, ou en tout cas on se perd, on décroche, on cherche quelque chose qui nous plaît plus sans trouver. Malgré le travail phénoménal que Vincent Villeminot a donné sur la narration et l’organisation, la complexité nous perd et tout cela en devient parfois exaspérant. J’ai cherché l’étincelle, l’évènement ou l’émotion qui allait me faire basculer et me rendre fou et accroc à ce roman, ou en tout cas plus sympathique, mais je n’ai pas trouvé… malheureusement.

                    Un autre point sympathique au roman, ce sont les personnages qui sont eux aussi très bien travaillés. Entre Sixie, Nada, Theo, Jérémy, le commissaire, Alice, et j’en passe, on n’a pas fini de plonger dans des consciences totalement différents, de s’attacher à des personnages bien complexes et qui évoluent, de se fasciner pour des protagonistes crédibles. Je me suis attaché à Alice et au commissaire plus particulièrement, mais on ne peut que contrebalancer le tout car finalement on ne s’attache pas tant que ça aux personnages et l’émotion nous manque alors.

                    Oui c’est un principal point faible du roman : au milieu d’une forte intrigue, la narration et l’écriture deviennent trop techniques et scénarisées, et on plonge dans un monde sans émotion. Les morts ne nous atteignent pas, les drames ne nous bouleversent pas, ou peut être uniquement à la fin. Rien que Sixie nous devient étrangère car, censée être héroïne, elle n’est finalement quasiment pas présente et ça a eu tendance à m’énerver légèrement. Finalement cet univers technologique semble nous rendre nous même robots et on lit sans s’attacher.

                    Pour terminer je ne peux que faire un bémol sur la fin qui a rattrapé un peu ma déception : plus d’émotion, du goût, du rythme, de nouvelles choses et un dénouement intéressant. C’est une fin qui ne rattrape pas tout, mais qui nous permet au moins de finir moins fâché avec l’histoire.


                    Finalement, je ne peux que conclure ma chronique sur une note de déception, un petit goût amer d’écrire un avis si négatif sur ce livre. En adorant cet auteur, je ne peux qu’être triste d’avoir été déçu de ce roman. Personnages et narration sont des points forts qui sont malheureusement contrebalancés très rapidement, et le tout manque d’attachement, d’émotion, de simplicité, d’aventure sans grande technique, sans trop de choses en même temps. C’est une déception.


    Alors plutôt que de lire Réseau(x), je vous invite surtout à découvrir sa trilogie, génialissime : Instinct.

    ◄►◄►◄ LES + ? ►◄►◄►
    - Une narration et des personnages complexes : du grand travail

    ◄►◄►◄ LES - ? ►◄►◄►
    - Trop de complexité
    - Manque d'émotions
    - Pas assez de Sixie

    ◄►◄►◄ EN BREF ►◄►◄►
    Un premier tome très décevant, malheureusement, malgré ses points forts.

    { 5 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. Oh, dommage, il me tentait bien...

      RépondreSupprimer
    2. ça à l'air très spécial en effet.

      RépondreSupprimer
    3. Ta chronique résume bien ce que j'ai également ressenti lors de ma lecture. Je suis assez déçue alors que j'avais bien aimé la trilogie Instinct tout comme toi :)

      RépondreSupprimer
    4. J'ai beaucoup aimé Instinct, aussi... et tu me refroidis quant à ce livre ;)

      RépondreSupprimer
    5. J'adore la couverture! C'est vraiment dommage qu'il ne t'ai pas plu il avait l'air pas mal :/
      (désolé si tu as deux commentaires de moi j'ai vu ton article ce matin mais impossible de me rappeler si je l'ai commenté XD)

      RépondreSupprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -