• Posté par : Tom 2 juil. 2013


    ◄►◄►◄ Présentation du livre ►◄►◄►


    Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.


    Par Christelle Dabos, lauréate du concours Gallimard Jeunesse
    Aux éditions Gallimard Jeunesse
    18 euros
    528 pages 


    ◄►◄►◄ Mon avis ►◄►◄►









                    C’est avec de grandes attentes et beaucoup d’impatience que je suis sorti de la librairie avec le livre dans les mains le jour de sa sortie. Désireux de connaître l’heureux, en l’occurrence heureuse gagnante de ce concours auquel j’aurais aimé participer, j’ai pu l’acheter et déjà me laisser charmer par la couverture. Alors maintenant que je l’ai lu je ne peux vous dire plus qu’une seule chose : lisez-le. Impérativement lisez-le. C’est un livre que je conseille à tous, parce que sous ses airs mystérieux- il ne faut SURTOUT pas le louper ! C’est un cocktail de surprises, un livre exquis, dans un monde sensationnel et unique. Charme, beauté, enchantement : ce livre est un dé-lice ! Un OVNI littéraire unique !

                    Ophélie, l’héroïne, est une jeune femme bien paisible, simple et maladroite, qui vit tranquillement à Anima en tenant son musée. Armée de ses pouvoirs de passer les miroirs et de lire les objets -remonter leur passé- elle se retrouve un jour fiancée à l’homme qui n’est qu’un complète opposé d’elle : immense, taciturne, renfermé, peu aimable et bourru… elle se voit entrer dans un monde de faux-semblants et de dangers qui n’est pas du tout le sien. Que fait-elle vraiment ici ? Pourquoi a-t-elle été choisie ?

                    On plonge donc dès le départ dans un monde bien original, et tout un univers extrêmement particulier, mais d’un charme délicieux, d’une surprise savoureuse. Burlesque et merveilleux à la fois, ce monde nous offre un panel de sensations quand nous y pénétrons : surprise, amusement, peur, joie, frissons… j’ai adoré tous les côtés absurdes qui surgissent si soudainement ; ce monde merveilleux nous offre ainsi des lunettes qui se réparent ou se teintent en fonction des émotions, une écharpe vivante, des objets et faits inattendus qui nous sont présentés comme totalement logiques et réels et qui nous surprennent alors avec amusement ! Je n’ai pu cesser de penser à Boris Vian à chaque apparition de ce genre et c’était totalement riche !

                    De plus, l’univers nous offre aussi un monde totalement singulier, avec des lieux surprenants. Le monde est divisé en « arches », si j’ai bien compris ce seraient comme des îles flottantes, et on découvre ainsi Anima et Le Pôle, deux extrêmes, avec une première dépeinte dans une totale harmonie, et la seconde comme un monde polaire extrême et à la cour totalement prétentieuse et si caractéristique de la cour que l’on a pu connaître dans notre Histoire. On ne peut pas parler d’anachronismes pourtant certains objets apparaissent dans le quotidien avec surprise et on ne peut qu’aimer ça : toujours et toujours des surprises.

                    Pour finir sur l’univers, on plonge surtout dans de la fantasy totalement maîtrisée, avec pouvoirs pour chaque famille totalement séduisants, tableaux de lieux et illusions uniques et aussi accrocheurs que terrifiants, et tout un florilège de personnages qui s’intègrent ou se fondent ou se détachent aussi bien que l’univers : étonnante, cette galerie m’a coupé le souffle !

                    Notre héroïne, Ophélie, parlons-en… l’archétype de l’anti-héros : maladroite, simple, sans manières, intelligente mais trop solitaire et en aucun cas amoureuse. C’est une jeune femme à laquelle je me suis tout de suite attaché : elle a un caractère bien particulier qui nous est montré, démontré et remontré tout au long de l’intrigue. Elle va changer, bien changer, et nous montrer ses capacités, nous montrer de quel bois elle est bien faite et nous en faire voir de toutes les couleurs. Elle va se forger, grandir, s’épanouir… déchanter parfois. Elle est spéciale, et on ne peut que l’adorer !

                    Thorn est aussi agréable qu’Ophélie est adroite : c'est-à-dire pas souvent. Mais bizarrement, dès le début, je m’y suis attaché… sous ses airs de gros lourdaud, se cacherait-il un coeur ?

                    Et enfin, quelque chose qui marque, c’est que tous les personnages sont fouillés, approfondis, évoluent, se forgent, montrent différentes facettes et nous offre un détail et une originalité prenante ! Renard m’a touché, Roseline tout autant, elle m’a ému et semblait autant pour moi un point d’accroche dans ce monde de fous, Berenilde m’a étonné, Freyja m’a repoussé au plus profond de moi, et je ne peux que citer l’écharpe qui m’a amusé et séduit tout au long du livre - ou presque, malheureusement !

                    On ne peut que parler ensuite de l’écriture délicate et sincère de l’auteur. On tourne les pages sans les voir, on s’étonne à quelques moments d’être arrivés si loin et on continue. Totalement fluide, sa plume nous offre des descriptions fortes et détaillées, des mots justes et bien choisis, et on a finalement l’impression que chacun est important et choisi avec justesse. De l’art.

                    Enfin, c’est l’intrigue qui est adroite et remarquable. Du suspens, des questions, des rebondissements en folie tout comme des moments de douceur, de descriptions ou de sentiments… tout est, à mon goût, mené avec brio et sincérité ! J’ai adoré plonger dans cet univers parce que l’intrigue nous offre tout autant que l’univers, la plume et les personnages, de la singularité, du rythme comme de la poésie. Une histoire qui nous amène à réfléchir, mais aussi à vivre pleinement avec Ophélie tout ce qui va lui arriver.

                    Pour finir, parlons des références. Comme cité plus haut, on pense à Boris Vian et L’écume des jours, par ces petits objets ou petits fantasmes amusants et détonants. On pense aussi aux studios Ghibli avec leur univers fantasmagorique et onirique, tout comme l’univers de La Passe-miroir. Il est impossible de ne pas penser au château dans le ciel ou au cliquetant château ambulant ? Enfin, référence extrême et amusante au passe-muraille, histoire que j’avais adoré ! Espérons juste qu’Ophélie ne restera pas bloquée dans un miroir comme il lui était déjà arrivé, anecdote amusante que notre héroïne raconte comme la cause de sa maladresse.

                    Cet univers rythmé, poétique, onirique, fantastique, unique, singulier, fort, joyeux, terrifiant ou éclatant m’a totalement charmé pour m’amener dans une histoire à l’intrigue épatante, aux personnages fouillés, et à la plume délicate, dont je ne voulais pas savoir. J’étais dans un monde dans lequel je suis resté 3 semaines, et je suis aujourd’hui totalement triste d’en sortir. Cette lecture m’a remué et m’a marqué par sa profondeur et sa singularité, au plus profond de moi. Je vais mettre ô combien longtemps à l’oublier.

                    N’hésitez pas, ce livre est d’un plaisir terrible, à l’univers onirique juste exceptionnellement unique et d’une finesse séduisante en tous points. Un ré-gal.



    ◄►◄►◄ LES + ? ►◄►◄►
    - Un univers onirique, amusant, et charmeur
    - Une intrigue implacable
    - Des personnages fouillés et singuliers
    - Une plume délicate et séduisante

    ◄►◄►◄ LES - ? ►◄►◄►
    - Aucun

    ◄►◄►◄ EN BREF ►◄►◄►
    Un début talentueux d'une saga qui promet d'être excellente ! Un univers implacable, singulier, unique et rêveur. Une totale réussite, un total coup de coeur !

    Merci à Gallimard Jeunesse pour ce livre extraordinaire !:)



    Bientôt sur le blog...


    { 9 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. La Passe-Miroir fut également un GIGANTESQUE coup de coeur ! Et j'ai également ressenti le même "esprit Miyazaki", je suis tout à fait d'accord avec ton analyse ! ;)

      RépondreSupprimer
    2. Aha, j'attendais ta Chronique avec impatience et je ne peux te dire qu'une chose: ce serait de l'ironie de dire que je ne suis pas tentée de courir en librairie! (Bon tu me diras cela ne change pas de d'habitude!):) Merci pour ta superbe Chronique, Tom!

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. T'es adorable merci ♥ Lis-le vite !

        Supprimer
    3. Ta chronique super enthousiaste donne envie de le lire en tout cas :)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Alors lis le ! En tout cas merci ♥

        Supprimer
    4. Un concours ? Hâte de voir ça ! En tous cas, je suis totalement d'accord avec ta superbe chronique ! Toute l'influence Miyazaki et tout, c'est exactement ça. J'ai moi-même adoré ce livre, et ai pu interviewé sa très gentille auteure pour mon blog :)

      RépondreSupprimer
    5. Je l'ai dans ma PAL et je compte bien le sortir pour les vacances ! :D
      Heureusement qu'il t'a plu, je pense apprécier aussi alors !!
      Par contre, je ne savais pas qu'on disait "LA passe miroir" ? o0

      RépondreSupprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -