• Posté par : Tom 26 avr. 2013


    Je vous propose aujourd'hui de finir une série de quelques articles extrêmement intéressants publiés au départ sur le site Livre-Attitude ! J'en publierais donc un extrait et vous proposerais de lire la suite en suivant le lien sur la DERNIERE image de l'article ! Je vous souhaite donc une bonne lecture...


     
     Aujourd'hui, pour finir, je vous présente un article ou Pierre parlait de sa relation qu'il avait avec ses personnages...


    "Que diriez-vous d’une confidence ? Une vraie confidence s’appuyant sur une découverte que je peux qualifier d’importante puisque, lorsque je l’ai faite il y a peu de temps, elle a illuminé ma journée…
    Les auteurs n’inventent pas les personnages !
    Non, ils ne les inventent pas, pas plus qu’ils ne les créent ou qu’ils ne les conçoivent !
    La vérité, méconnue, est bien plus étrange… Les auteurs, le plus souvent à leur insu, sont connectés à un univers que l’on pourrait considérer comme magique et qui contient une infinité de caractères capables de s’adapter à la totalité des histoires imaginables, et croyez-moi, cela fait un bon nombre de personnages !
    L’auteur en quête d’inspiration croit faire appel à son imagination. Erreur ! L’appel est détourné vers l’univers susnommé, la requête analysée et les personnages intéressés se portent volontaires… ou s’abstiennent.
    Baignant dans un sentiment béat qui est, il faut l’avouer, parfois proche de l’autosatisfaction, l’auteur ne s’est pas rendu compte de la supercherie. Un candidat a poussé la porte et, heureux d’avoir mis la main, ou la plume, dessus, l’auteur croit avoir affaire à un être impalpable directement jailli de son esprit et sur lequel il a tout pouvoir. Deuxième erreur ! Les personnages secondaires sont assez discrets (bien que…), ils se plient volontiers aux désirs de l’auteur et, ne faisant qu’un bref passage dans l’histoire, jouent rarement les rebelles, mais avec les personnages importants, c’est une tout autre histoire ; ils n’en font qu’à leur tête.
    L’auteur, qui se voyait lancé sur une trajectoire facile avec aux commandes son imagination et elle seule, se retrouve englué dans une négociation sans fin avec son personnage, négociation qui devient parfois un véritable bourbier, tant les deux protagonistes ont des vues divergentes sur l’histoire de l’un et l’avenir de l’autre.
    L’auteur devient donc diplomate, ce qui ne signifie pas qu’il cède. Comme tout bon diplomate, il ruse, louvoie, trompe. Comme tout bon diplomate, il peut même tricher, mentir, pour parvenir à ses fins. La plupart du temps, la situation finale résulte d’un compromis ; l’auteur, s’il n’est pas satisfait, ayant toujours la possibilité de déchirer sa page et de recommencer son histoire avec un autre personnage. Avec lequel il aura autant de problèmes.
    Une explication ne prenant son sens qu’accompagnée d’un exemple parlant, je vous livre le détail des événements qui m’ont opposé à certains de mes personnages.
    "

    Laissez un commentaire

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

    S'abonner à l'article | S'abonner aux commentaires

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -