• Posté par : Tom 17 févr. 2012


               x Présentation


    Billy a sorti quelque chose de la poche de son manteau. C'était enveloppé dans une serviette en papier du restaurant chinois. Lentement, il l'a dépliée : la bouche du garçon est restée ouverte tout le temps. "Et voilà !" a clamé Billy. Un beignet à la banane largement entamé reposait au milieu de la serviette. "Je me le gardais pour le petit-déjeuner, mais je veux bien t'en laisser un peu". J'ai eu envie de sourire, tellement Billy se montrait gentil et drôle avec Max alors qu'il ne le connaissait pas du tout. C'était la première fois que j'avais envie de sourire depuis le jour où il avait fait semblant d'être mon grand-père.
    Skip est un adolescent solitaire et artiste. Ballotté d'une famille d'accueil à une autre, il fugue dans la rue jusqu'à ce que Billy, un vieux SDF, l'accepte à ses côtés. Mais la guerre éclate : lorsque la ville est bombardée, Skip et Billy tombent sur Max, un petit garçon désemparé, seul dans les décombres. Tous trois se réfugient alors dans un parc d'attractions abandonné. La survie, faite de débrouillardise et de jeux, s'organise. Et Skip se sent de plus en plus responsable de Billy et de Max. Vient le jour où paraît Tia, ballerine d'à peine quinze ans, avec son nourrisson dans les bras. Comment sera-t-elle accueillie par cette famille insolite ? Et comment pourront-ils, tous ensemble, affronter des lendemains aussi incertains ?

         x Par Glenda Millard
         x Aux éditions Hélium
         x En lecture commune avec Mylana

              x Mon avis
     Un COUP DE COEUR ! Surpris par tant de beauté... <3


    Je cherche les mots pour commencer cette critique… c’est difficile. Je suis ressorti de ce livre changé, et comme je le répète depuis un bout de temps après avoir découvert une citation telle mais je ne sais plus de qui, un bon ivre est un livre dont on ressort changé. Et là c’est le cas. Ce fut un total coup de cœur, et ces livres, courts, mais pourtant si beaux, sont rares. J’ai déjà eu l’occasion d’en lire, et celle-ci s’est présentée après avoir gagné le livre sur le blog de mon frère. Bref, on a décidé alors Mylana et moi de le lire ensemble… je pense qu’elle a aimé tout autant ! C’est les livres qui se lisent vite, mais qui sont empreints de tout, de petits bouts de vie, de petits bouts de tout et de rien du tout. Des petits bouts d’horreur, de joie et de pleurs… Alors j’aimerais que vous lisiez cette critique -comme vous le voyez je n'ai même pas surligné des choses, mis en valeurs des mots (peut être un par flemme c'est sûr) mais chaque mot est important, c'est l'une des choses qu'on apprend dans ce livre- c’est un livre à lire absolument,  à relire et à rerelire et il mériterait de gagner beaucoup de prix.
    Ce livre, c’est l’histoire d’un garçon dont on ne sait au début finalement pas grand-chose. Il fugue, il fugue car personne ne veut de lui. Sa vie est désastreuse, on apprend au fur et à mesure son histoire, et on sait de lui au départ qu’il s’appelle Skip, en tout cas, c’est son nom de fugue… il va rencontrer un clochard, Billy, et sa vie va changer quand la guerre arrive…
    Comme vous pouvez le voir rien qu’en vous racontant l’histoire, ce livre est un livre très triste. Il aborde avec l’insouciance d’un enfant, du moins au départ, la guerre et la vie. C’est vrai, au début il est très jeune, et on ne sait pas exactement combien de temps passe, mais en tout cas dans la tête du jeune garçon, on va découvrir tout une évolution. En effet, l’initiation du jeune homme… à la vie en fait, va se faire pendant tout ce livre et à la fin, il sera changé, différent et finalement pleinement lui. J’ai beaucoup aimé ce livre pour ce côté-là, le fait que durant tout son long il suit une particulière évolution, et le charme du livre réside sûrement dans le fait qu’il soit raconté à la 1ère personne du singulier…
    L’écriture en est alors totalement magique. Pleine de charme, elle donne au roman un aspect encore plus fort sur le terme qu’il est plein de morceaux de vie. Le style est tout à fait poétique et rempli de partie d’une vie, comme je le répète… c’est un roman extrêmement touchant, qui montre qu’un enfant est la chose la plus fragile qui existe. Oui, en y repensant, je crois que c’est l’une des choses que dégage ce roman. Un enfant est fragile, insouciant et c’est lui qui contient toute la poésie, l’amour et les plaisirs du monde… C’est difficile d’en parler, car les mots qui sont dans ce livre sont… différents. Il m’est difficile d’imaginer que le monde dont je viens de sortir avec tant de force est fait uniquement de mots, de mots liés, de mots qui sont le reflet de notre monde.
    « J’ai levé mes mains vers le ciel, et regardé et de mes deux yeux à la fois. J’ai vu comment tombait la lumière, et où se posaient les ombres. […] Mon cœur était un cerf-volant rouge qui dansait. »
    Ce livre se déroule sur une histoire pleine de tristesse certes, mais aussi plein de joie. Comme je l’ai déjà dit, ce sont les petits bouts de vie. L’action n’est pas vraiment présente, mais ce n’est pas nécessaire, je ne me suis pas du tout ennuyé, j’ai été totalement absorbé par ce livre. C’est ça l’aspect du livre : pas de montrer la guerre dans le sang, et les combats. Mais de la montrer à travers les yeux de ceux « du troisième camp ». Comme Skip…
    C’est le héros de l’histoire… il est bon et amical, même si parfois égoïste. J’ai beaucoup aimé ce personnage, qui nous berce dans sa vie tellement triste sur laquelle il porte pourtant un regard insouciant et optimiste. Mais je crois que mon personnage préféré est tout de même Max, qui est  bien plus insouciant que Skip. Il n’a que 6 ans, et il a pourtant une intelligence assez forte, et il porte en lui le pétillement d’un enfant de son âge. Malgré cela il va lui aussi beaucoup évolué, et la guerre ne vole pas que des vies… elle vole aussi l’enfance. Je me suis vite attaché à ces personnages, il y en a peu : Billy, Tia qui m’a beaucoup plu, comme disait Mylana elle est détruite de l’intérieur, et c’est si bien décrit qu’elle m’a fait beaucoup de peine, Sixpence que j’ai aussi adoré, et quelques autres personnages qu’on voit rapidement, mais une furtivité qui laisse une longue trace lumineuse.
    Pour conclure, je vais vous dire alors que ce que j’ai vraiment ressenti à travers ce livre, cette écriture si poétique  c’est la vie en elle-même. Tout est attachant dans cette histoire… les personnage, les lieux, et touts ces mots qui forment en eux même une véritable leçon de vie !

    { 1 commentaires... lisez les commentaires ou ajoutez-en un }

    1. C'est un livre magnifique que tout le monde devrait lire. Il est si beau, ainsi que la couverture (je ne cesserais jamais de le répéter !)

      RépondreSupprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -