• Posté par : Tom 24 févr. 2012




               x Présentation du livre
     
    "Je m'appelle Jenny et, depuis quelques temps, je pars en vrille.
    Avant tout allait bien et maintenant tout va mal, tout va de pire en pire, je coule ! J'ai inondé mon lycée (on va dire que c'était presque involontaire), déclenché l'alarme incendie, je sème les catastrophes partout où je passe... Evidemment, mes parents paniquent. Ils se sont mis dans la tête de m'emmener voir un psy ! Me voilà face à ce type. Mais qu'est-ce que je fous là ? Il me dit que je ne suis pas folle (mais j'espère bien !).
    Il veut essayer de m'aider. Bon courage..."

         x Par Erik L'Homme
         x Aux éditions Gallimard Jeunesse

              x Mon avis
     Un coup de coeur... action et magie !

    J’ai acheté hier, jour de sa sortie, le tome 7 de la série A comme Association, et je l’ai fini le soir même. Je l’ai dévoré, et j’étais tellement plongé dedans que je crois que c’est ça qui est responsable de cet oubli monumental : j’avais oublié ma guitare pour aller à mon cours de guitare… Bref c’est une suite tout aussi passionnante que les autres, encore mieux que le tome 6 que j’avais moins aimé, et comme tous les autres, je suis totalement sous le charme que je peux lui attribuer facilement un avis totalement favorable, qui suit, pour un petit coup de cœur !

    Comme tous les autres, on continue à suivre Jasper dans ses tribulations et dans sa tête. Toujours accompagné de Nina (et Ombe !) Jasper tente de suivre la trace d’Otchi, le mystèrieux chamane, pour  comprendre qu’il est, ce qu’il cherche et peut être avoir des réponses sur toutes les questions qu’il se pose comme par exemple pourquoi il semble changer -même s’il adore ça !- et devenir plus fort…
    J’ai adoré redécouvrir Jasper (et Ombe) dans une nouvelle aventure… ou cette fois ci vraiment la suite du précédent tome. Alors que les premiers semblaient vraiment une sorte d’introduction, on retrouve ici une histoire bien sombre qui se poursuit, et on se demande comme notre héros (nos héros), si on reverra un jour la lumière, et non cette pâle lumière des ténèbres
    Ce monde in Paris est un monde vraiment étonnant et très bien développé. Malgré le classique des créatures, des formules magiques, et de tout l’univers magique et fantastique il y a deux choses alors qui se démarquent par l’originalité : la reprise de  ces mythes au premier sens qui leur a été donné est original car aujourd’hui, beaucoup d’auteurs écrivent autour des loups, des vampires en changeant leurs caractéristiques, et pour la magie c’est une manière nouvelle car on retrouve une magie ancestrale plutôt, une magie qui fait penser aux sorcières… et Jasper est vraiment intéressant pour ce point là, car même si on a pas eu l’occasion de voir pentacles et sel dans ce septième tome, on a l’occasion de découvrir avec étonnement que Jasper peut facilement dépasser les limites obscures de la magie

    Jasper est un héros vraiment étonnant (tout comme Ombe !). C’était vraiment bien de les retrouver, car leurs liens depuis le premier tome on vraiment changés, et c’est le plus intéressant. Ensemble ils essayent de lutter dans l’étoffe fragile du monde (ou celle de Jasper on va dire !) Il a lui aussi beaucoup changer… il devient plus mature, mais aussi du point de vue de la magie, il change et on lui découvre un côté bien plus obscur et terrifiant… ainsi que des liens étonnants avec des créatures de l’obscur, ce qu’on aura jamais soupçonné, tout comme ce lien semblable au subtil parfum du souffre, qui le lie à un des personnages du livre… ceux qui le liront comprendront ! Et encore une fois, Jasper m’a bien fait rire avec ses jeux de mots, souvent débiles je veux bien l’avouer !
    Je ne vais pas trop vous parler des autres personnages car je risquerais de vous en dire trop, je peux juste dire qu’on va découvrir certaines facettes insoupçonnées de certains personnages… et pas tout le temps dans un sens bénéfique.

    Le style d’Erik L’Homme est simple, mais aussi empreint d’une quelconque originalité. J’ai adoré les « post-it » ou autres petits textes du livre qui sont souvent pleins de poésie et surtout décrivent des choses qui sont là où les mots n’existent pas… Mais son écriture est aussi fluide, pleine d’humour, et par tout ça, pleine de sens pour cette série, qui s’assombrit, et qui semble réveiller, avec beaucoup de sens, ce qui dort dans la nuit. Un bon rythme, et surtout des sentiments qui arrivent facilement et chamboulent tous nos sens, car nos cœurs sont hantés.
    Je suis donc parfaitement et avec exactitude maître de moi (non je ne suis pas contrôlé par un quelconque démon !) pour vous dire que cette suite est vraiment géniale ! Je me sens dans un mélange d’impatience et de tristesse pour lire le prochain tome de la série qui sera le dernier… j’ai hâte de savoir ce que nous réserve Le regard brûlant des étoiles… Rien que le titre promet !


    { 2 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. Quel billet passionné, tu donnes vraiment envie de découvrir cette série. Et bravo pour le tour de main d'avoir réussi à intégrer si bien le titre de chacun des tomes dans ton texte !
      Au plaisir te te lire ^^
      Cajou

      RépondreSupprimer
    2. Il. Me. Le. Faut.

      Super chronique, tu as bien dû t'amuser à replacer tous les titres !

      RépondreSupprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -