• Posté par : Tom 14 mai 2017

    Un album essentiel, touchant et coloré : véritable fable poétique sur la résilience et le bonheur ♥
    Inaugurons ce week-end un nouveau rendez-vous du blog qui s'intitule, comme le renseigne mon titre si bien choisi, « L'heure de l'album » ! L'idée est simple : je parlerai le plus souvent possible d'un album (coup de cœur ou non) avec une ou plusieurs personnes.
    Cette semaine, j'ai demandé à Sarah (qui apparaît en première dans l'article) du blog La Mare aux Mots et Madeline Roth, autrice et libraire à L'Eau Vive (Avignon) de parler avec moi de l'album Le Vide.



    Il y a de ces albums qu’on n’oublie pas, des albums essentiels parce qu’ils parlent tout simplement de la vie, de ses gros tracas comme de ses petits soucis. Le Vide fait partie de ces albums.


    C’est l’histoire d’une petite fille, Julia. Elle vit avec sa famille, au cœur d’un joli village. Mais un jour, « son bonheur tranquille disparaît » et le vide commence. Sur l’image, un trou à l’intérieur d’elle, au milieu du ventre. « Un vide par lequel passait le froid. Un vide d’où naissaient les monstres ». La petite fille tente d’abord de le remplir, de le boucher, de l’effacer. Mais le vide gonfle et grossit encore. Elle cherche des bouchons, en trouve des bons, d’autres qui ne le sont pas. Mais le vide est toujours là. Jusqu’à ce que la petite fille cesse de chercher, tombe, crie, pleure. Une voix se fait alors entendre : « Arrête de chercher partout et cherche à l’intérieur de toi ». S’ouvre alors la deuxième partie de l’album, plus lumineuse. Julia découvre des paroles, des couleurs, des mélodies. Des « mondes merveilleux » qui lui ouvrent aussi la porte d’autres personnes. Et c’est ainsi que le vide, lentement, rapetisse, rapetisse, « mais heureusement sans jamais disparaître complètement ».



    Le Vide est donc un album essentiel parce qu’il raconte avec une grande tendresse, beaucoup de couleurs et à hauteur d’enfant un sujet des plus difficiles : le vide qu’on peut ressentir en soi.

    La force de cet album repose sur plusieurs choses, la première étant de ne jamais nommer l’évènement responsable du vide. Cela peut-être un deuil, mais pas nécessairement. Une souffrance, qui n’est pas désignée.



    Ce vide peut avoir tout un tas de raisons d’exister : la perte de quelqu’un, de quelque chose, ou comme le dit l’autrice « d’un rêve, de la santé ». Ce vide peut même être une déprime, un sentiment de vide, un poids sur la poitrine.

    Ensuite, Anna Llenas (l’illustratrice du livre animé La couleur des émotions) a choisi de représenter ce vide intérieur par quelque chose de très concret et de très visible à l’image : tout l’album tourne autour de ce trou dans le ventre. Le texte est court, très simple, quelques mots par page uniquement. L’image, entre dessins et collages, couleurs et carton découpé, vient compléter le texte, l’appuyer avec des exemples forts.


    Ce texte simple, donc, mais loin d’être simpliste, résonne d’une profondeur vertigineuse, là où le vide dont il traite laisse place aux cartons, papiers, peintures et couleurs dont use l’autrice avec habileté. Et ce n’est pas si facile que d’imiter l’enfance en arts… c’est ici réussi avec brio : c’est tendre et émouvant.

    En fait, incontournable et universel, il parle aux plus petits de la quête de bonheur.
    Le Vide est une ode métaphorique et onirique à la puissance de la vie, à la combativité pour atteindre le bonheur – car, Julia apprendra que cette recherche n’est pas si facile, il y a les « mauvaises choses » qui peuvent nous faire croire que l’on a atteint l’objectif rêvé : les objets matériels, la consommation…. Et puis les « bonnes choses » : les amis, la musique, les couleurs…


    L’album, qui fait parfois penser à La petite casserole d’Anatole, ou Marie est partie (tous deux écrits et illustrés par Isabelle Carrier, et publiés chez Bilboquet) nous montre les étapes d’une résilience, de la nécessité de passer par la tristesse pour pouvoir s’écouter et trouver en nous les réponses aux vides qui nous creusent tous, à différents moments de nos vies.

    Fable poétique faite de cartons, de papiers et de peintures, l’album d’Anna Llenas a un style bricolé ainsi incomparable et extrêmement pertinent, où l’artiste compose brillamment ses images et des personnages vifs et expressifs. Il dit avec beaucoup de joie et de mélancolie que, parfois, la résilience est là, en nous, au fond de ce vide.

    ____________________

    C’est l’histoire de Julia, une fillette heureuse et tout à fait comme les autres, qui vivait sans souci jusqu’au jour où elle ressent un vide. Un énoooOooorme vide qui laisse le froid passer, les monstres entrer et qui aspire tout. Julia enchaîne les tentatives pour combler ce vide, pour trouver le bon bouchon qui règlera ce problème et lui rendra son insouciance.
    Un beau récit sur la compréhension de soi, la maturité et la joie de vivre.

    D'Anna Llenas
    Éditions des 400 coups
    96 pages
    18 €

    { 6 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. Oh, j'étais passé à côté de celui-là :) J'ai commencé de lire l'article en me disant que les illustrations m'étaient familières, j'ai vite compris pourquoi! "La couleur des émotions" m'avait déjà beaucoup plu, tant dans la narration que dans ces dessins naïfs et enfantins :)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Je ne connais pas celui-ci, je ne l'ai jamais lu...

        Supprimer
    2. Qu'est-ce qu'il a l'air beau et chouette !
      J'hésite toujours à m'offrir des albums et j'hésite toujours pour les cadeaux (quel âge, est-ce que ça va plaire, est-ce que c'est approprié, c'est un peu bête, mais bon...). Celui-là me fait vraiment envie.

      Rien à voir, mais je trouve très jolie ta présentation de l'échange, avec les photos et les accolades. Les photos sont très belles d'ailleurs (de vous, hein).

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Merci ça me fait plaisir et me touche beaucoup ! Tu peux en effet l'acheter il est génial... Sinon attends de voir celui dont je vais parler dans la semaine sur le blog oh la la la.
        Et tu connais L'ombre de chacun ?

        Supprimer
    3. Pas du tout, j'ai uneu culture très pauvre en albums mais je m'y mets doucement ! J'attends alors et j'irai faire un tir groupé à la librairie ! :D

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Il fallait me demander ! Il faut rajouter Bjorn à ces deux-là et évidemment celui à paraître demain dont je vais parler ! 😍

        Supprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -