• Posté par : Tom 19 août 2015

    «Ce jour là, au bord du fleuve, Bo et Hama se firent une promesse folle : tant qu’ils seraient vivants, ils ne se quitteraient plus. »  - See more at: http://lavoixdulivre.blogspot.fr/2015/07/le-coup-de-coeur-de-2014-tant-que-nous.html#sthash.2sD4fyht.dpuf
    « Le voyage est un retour vers l'essentiel. » Proverbe tibétain

    Des retours !
    Presque trois semaines d'absence. WAH ! C'était long, et vous, le blog, les articles, les chroniques... Ça m'a terriblement manqué ! Je vous présente toutes mes excuses, mais avec mon stage (il faudra bien que je vous en parle un jour), mes mini vacances (un week-end de 4 jours avec beaucoup d'amour), du ménage et d'autres occupations... la vie va trop vite ! Heureusement je reviens pour des grands retours, des plus petits, et des nouveautés. On commence avec le retour de l'édito, bien entendu ! Pour l'occasion, une image compil des anciens éditos...
    Et vous, comment va la vie ?


    Un retour pour comprendre
    Cadence retourne sur l'île, cet été là. Deux ans auparavant, alors qu'elle filait doucement d'incroyables vacances avec ses amis, comme tous les ans, quelque chose de terrible s'est produit. Mais quoi ? Qu'est-ce qui l'a laissé cassée et sans mémoire, ce jour d'été, au bord de l'eau ?
    E. Lockhart écrit ici un roman brillant qui flirte avec le thriller psychologique. De bout en bout, elle tient le lecteur en haleine jusqu'au dénouement final qui détruit toutes nos théories et convictions. Elle construit le personnage de Cadence avec une infinie douceur et un écho tout particulier donné à sa voix rauque, râpée par cet été là  où tout a basculé. Elle crée un personnage à la profondeur incroyable, aux émotions palpables, aux aspérités fines mais irrégulières, sensibles mais fragiles, et taillées dans un mensonge trop grand pour elle. Nous les menteurs est un roman brillant, qui dépeint avec une justesse et une richesse psychologique étonnantes l'histoire d'une jeune fille qui veut se relever, et qui retourne sur ses pas pour comprendre... Au risque de découvrir le pire.


     Un retour pour se retrouver
    Tant que nous sommes vivants a signé le retour tant attendu de Anne-Laure Bondoux en littérature jeunesse. Après cinq années sans nouvelle histoire, si ce n'est la sienne, sensible et affûtée dans L'autre moitié de moi-même, Anne-Laure Bondoux a une nouvelle fois bousculé la littérature jeunesse. Cette fois-ci, elle imagine l'histoire d'amour de Bo et Hama, dans un monde qui pourrait être le nôtre, où la flamme de notre humanité s'est peu à peu éteinte. Heureusement, "certains eurent l'audace de tomber amoureux." L'auteure crée ici un monde qui renaît lentement de ses flammes, qui est, doucement, remis sur pied par une jeunesse qui espère, qui rêve, qui "fait des plans sur la comète et fait l'amour les fenêtres ouvertes" dirait Fauve. Imprégné de lumière et d'espoir, dans une obscurité et une tristesse néanmoins épaisses, Anne-Laure Bondoux nous ramène à nos origines, à notre amour et notre humanité. C'est grandiose et universel.

    Le retour de Pixar 
    Pixar a (enfin !) fait son grand retour avec Vice Versa qui a été encensé par la critique ("Un chef d'oeuvre"), reçu avec un grand enthousiasme par les spectateurs et par les fans qui retrouvaient le studio Pixar dans toute sa splendeur ! Mais il y a aussi eu les sceptiques, les déçus... Je suis entre les deux. Pixar signe ici un retour réussi : une idée géniale, des personnages incroyablement bien travaillés et des inventions délirantes, riches et  brillantes. Le film est intelligent, et amène avec délicatesse le sentiment de mélancolie que nous ressentons tous à l'adolescence. On retrouve donc l'esprit Pixar : un voyage, des personnages réussis, de l'impertinence, de l'originalité et de l'intelligence. Néanmoins, il reste un arrière-goût de déception : dans ce Pixar là, il manque deux choses. Si les décors sont réussis, dans leur richesse, le design des personnages reste un peu trop lisse : on ne retrouve pas la réussite visuelle qui fait le génie de l'animation comme dans Wall-E par exemple. Enfin, là où dans beaucoup de Pixar, on a un une double lecture du film, Vice Versa semble moins profond, peut-être parfois même trop didactique. C'est dommage, mais le film reste malgré tout singulier et détonnant, riche et sensible. C'est du Pixar, après tout, c'est forcément bien !

    A découvrir : des lamas qui parlent de livres !
     
    Une super chaîne de vidéo : originale, pétillante, avec deux petits lamas attachants qui parlent littérature. C'est drôle, ça rafraîchit et ça change du Booktube classique... à voir !



    La semaine dernière sur le blog
    • On s'est (re)mis en short pour la fête de la littérature jeunesse >>>
    • Et vous avez pu me voir en vidéo !  >>>
    • ... Et encore ! >>>
    Cette semaine... (et celle à venir)
    • Un nouveau livre à lire ?
    • En tout cas des bilans,
    • un combat qui reprend,
    •  et une voix qui se réveille...


    Bonne semaine à tous !
    Nota Bene : je suis obligé d'étendre cette semaine sur deux, suite à des problèmes logistiques d'internet !

    { 4 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -