• Posté par : Tom 15 juil. 2015

    En 2012, nouvelle révélation, un uppercut : Nos étoiles contraires, et pour moi John Green. Une écriture singulière, de l'humour et de l'émotion, des personnages extraordinairement ordinaires, et du vrai, du sens, du profond, du juste. Du pur génie.
    Si je le mets à l'honneur ici et sur John Green France, cette année, je le fais aussi pour les 5 ans du blog ! Voici la chronique, encore un peu maladroite, écrite en 2012 (c'est aussi l'occasion d'assister à mon évolution constante).

    Nos étoiles contraires, c’est un roman que j’ai englouti, dévoré, absorbé, avalé, becqueté, dégusté, graillé, mangeotté, pacagé, et qui va rester graver dans ma mémoire, et tracé au fer rouge dans ma peau, encore un long moment. C’est tout simplement LE roman de début 2013, et pour moi mon plus gros coup de cœur 2012… Mémorable, notable, prégnant, remarquable, saillant, marquant, fameux, glorieux, ineffaçable… en un mot, inoubliable. C’est sûr, je ne lirais pas mieux cette année. Quand j’ai fini ce roman, après avoir passé un très long moment égoïstement, pour mes deux héros, blotti sous ma couette… L’émotion ne me quittait pas, et pourtant je n’arrivais pas à pleurer. Ma gorge, mon ventre étaient obstrués par un trop plein d’émotion que je n’arrivais pas à faire sortir, et les mots sont bien difficiles à affûter pour en parler… Un livre électrique, vivifiant, qui vous entraîne au cœur de deux vies. John Green est un génie. Quand vous ouvrez ce livre, vous ne pleurez pas tout le long, vous riez, vous souriez, vous vivez jusqu’à un uppercut final qui ne vous laisse rien que vos yeux pour pleurer. 

    Ce roman parle de cancer. Mais surtout de vie, de sentiments, d’amour, d’espoirs, de fibres, de passions, de sensations, d’ébranlement, d’émoi, de frisson, de saisissement, de trouble... D’être Humains, avec un grand « h » : de Hazel et Augustus dans leur quête, la quête qu’on accomplit tous plus ou moins : l’envie de vivre. Le droit de vivre. D’aimer. Qu’on leur refuse, et ils luttent pour l’accomplir, ensemble, liés, soudés et unis.

    J’aimerais commenter longuement ce livre et en même temps je n’aimerais rien vous révéler sur l’histoire… C’est un livre dans lequel ça vaut la peine d’entrer sans rien ne savoir dessus, pour en ressortir dans un état encore plus bouleversé. Ce livre, c’est ce genre de livres dont vous ressortez différents, changés, à jamais. Plus qu’une histoire de cancer, c’est l’histoire de deux vies, de deux espoirs, qui se réunissent en une seule. Et en un seul. Bien plus loin qu’une histoire qui va vous raconter la mort, le cancer, la maladie et les larmes, elle va vous faire rire, et vous faire pleurer alternativement, sur le thème indissociable du « carpe diem »… C’est un roman émouvant, poignant, saisissant et surtout vivant. Qui pulse, qui régurgite des mots et en avale d’autres pour nous les cracher, nous les cajoler, nous les mâcher et nous les offrir en des mots forts.

    Au milieu de cette tumulte de sentiments, d’espoirs et de vie, les personnages vivent, ou meurent, mais tous, ils sont extrêmement attachants. Construits à partir d’éléments totalement crédibles, on fond pour eux, on les aime, on veut les serrer dans nos bras, ils nous électrisent et nous lancent de part et d’autres du livre dans un attachement sincère et revigorant. Entre Hazel, et Augustus, le courant ne pouvait que passer, et pour ces deux jeunes gens bizarres, on ne pouvait que s’y attacher encore plus : des dialogues pétillants, des rebondissements déroutants et des sentiments qui vont bien au-delà d’une page blanche, on s’y cramponne, on s’y frotte, on s’y attache comme si on en dépendait…

    On voyage dans ce livre. Entre Etats-Unis et Amsterdam, on plonge dans des endroits exaltants, étranges, naturels, que l’on aimerait découvrir… Mais on voyage aussi mentalement, dans nos sentiments, au plus profond de nous même, ce livre nous fait réfléchir. Ma  vision de la maladie a bien changé après ce livre, comme ma vision sur le monde, sur la vie, sur les choses, sur les gens, et sur moi.

    L’écriture de John Green est talentueuse. Une once de souffle, un peu de nos âmes, une pincée d’humour et de la force, beaucoup de force pour nous secouer, nous remuer, nous plonger dans une sensation velouteuse instable tout le long du livre… Une sensation qui nous accroche et nous reste après avoir refermé le livre, avec cette envie infinie de pleurer, ou ces larmes qui pour certains n’en finiront pas…

    Vous l’aurez compris, ce livre est plus qu’un coup de cœur, c’est un choc, un coup vif et remuant qui vous déforme, vous grandit, vous gonfle d’émotions intenses et vous ébranle d’un seul coup. Un roman sur la vie, sur la mort, sur l’amour, sur nos âmes tourmentées dans ce monde, et ailleurs, et après, et lointaines… Un roman vivifiant, plein d’amour, de vie, d’espoir, de lumière et d’amitié. Au milieu d’une tempête de sentiments et d’émotions, même le plus inébranlable des lecteurs en ressortira bouleversé, jusqu’au plus profond de son être, là où les étoiles chutent et décollent : là où nos sentiments sont les plus incertains, et plus vrais aussi.

    Citations...

    "Tu m'as offert une infinité dans un nombre limités de jours, et j'en suis heureuse."

    "-Parfois, cette balançoire me manque.
    - Celle qui était dans mon jardin ?
    - Oui, je suis tellement nostalgique que je suis capable de regretter une balançoire qui n'a jamais connu mon derrière.
    - La nostalgie est un effet secondaire du cancer.
    - Non, la nostalgie est un effet secondaire de mourir."

    "Je suis amoureux de toi et je ne suis pas du genre à me refuser le plaisir de dire les choses vraies. Je suis amoureux de toi et je sais que l'amour n'est qu'un cri dans le vide, que l'oubli est inévitable, que nous sommes tous condamnés, qu'un jour viendra où tout ce qu'on a fait retournera à la poussière, je sais aussi que le soleil avalera la seule terre que nous aurons jamais et je suis amoureux de toi."

    "Je suis tombé amoureuse pendant qu'il lisait, comme on s'endort : d'abord doucement et puis tout d'un coup."

    ◄►◄►◄ Présentation du livre ►◄►◄►
     
    Claris a 12 ans et vit avec son père, Eben, et son frère jumeau, Jad, dans une vallée reculée et protégée par des montagnes d’accès difficile. Malgré la disparition précoce de leur mère et la mélancolie de leur père, malgré le handicap de son jumeau, Claris est une jeune fille enjouée, téméraire, qui rêve d’aventures. Des aventures comme celles qu’elle lit dans les livres de la tour interdite où s’est réfugié son père depuis la disparition de sa femme, des aventures comme celle que lui lisait sa mère, des aventures comme celles que son jumeau, handicapé, ne peut pas vivre. Mais Claris est persuadée que les aventures n’arrivent jamais aux filles. L’avenir va lui montrer qu’elle ne peut pas se tromper davantage...


    Par John Green
    Aux éditions Nathan Jeunesse
    336 pages
    16€90

    Laissez un commentaire

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

    S'abonner à l'article | S'abonner aux commentaires

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -