• Posté par : Tom 28 mars 2018

    Un portrait d'autrice par jour écrit par une femme durant le mois international des droits des femmes 

    À l'occasion du mois international des droits des femmes, 31 femmes d'exception vous proposent de partir durant tout le mois de mars à la rencontre de 31 autres femmes, toutes autrices, aussi talentueuses et impressionnantes que les premières.

    Ainsi, chaque jour, pendant un mois, sur La Voix du Livre, découvrez un portrait d'une autrice, française ou étrangère, contemporaine ou historique, de littérature générale, jeunesse, musicale ou illustrée, écrit par une invitée, qu'elle soit autrice elle aussi ou bien illustratrice, blogueuse, chanteuse, dramaturge, comédienne, professeure, youtubeuse...

    C'est parti pour un mois d'exploration de 31, voire 62, chambres à soi, ces lieux immanquables de littérature où les femmes trouvent, enfin, leur place.

    Jour 28 : Jolène Rubio présente Vanyda
    _____________________________________________

    Je voudrais compléter cette belle collection de portraits de femmes avec celui d'une autrice de bandes dessinées / romans graphiques, Vanyda.

    Ça fait maintenant quelques années que ses histoires m'accompagnent et se recoupent avec mon histoire personnelle, ce qui est parfois assez troublant. La première rencontre devait être il y a dix ans, avec le premier tome de la série Celle que (trois tomes), sur lequel je suis tombée par hasard en parcourant au petit bonheur la chance une librairie de ma ville natale. Je ne saurais pas dire exactement qu'est-ce qui a retenu mon attention entre le dessin de couverture et le titre, Celle que je ne suis pas. Peut-être un peu les deux à la fois. Repartie avec ma trouvaille sous le bras, le coup de cœur n'est pas venu à ma première lecture. J'étais à l'époque dans une période fantasy, avec Pierre Bottero et autres livres du même genre, plongée dans l'imaginaire et les aventures, et je suis donc passée à côté de l'histoire, que je trouvais un peu fade en comparaison, sans rebondissements épiques. Il m'aura fallu deux ans et la sortie du deuxième tome, Celle que je voudrais être, pour que ma curiosité me pousse à me replonger dans la série et à lui donner une deuxième chance.
    Et là, bim. On y était. Coup de cœur. Simplement et sans bruit. Comme ses histoires.
    Parce que ce que Vanyda raconte et dessine, c'est la vie de tous les jours des personnages qu'elle invente. Ne cherchez donc pas de rebondissements épiques, vous ne les trouverez pas. On emprunte juste les chaussures de personnes qui nous ressemblent, avec leurs galères et leurs questionnements, mais aussi leurs petits bonheurs et leurs accomplissements. Et sans savoir forcément expliquer toutes les raisons, ça m'a touchée droit au cœur, et continue de le faire à chaque relecture et nouvelle histoire.


    Après ma découverte de la série Celle que, j'ai lu L'immeuble d'en face (également trois tomes), qui a été publiée quelques années plus tôt, et puis j'ai attendu impatiemment chaque nouvelle publication que je dévorais lentement (oui, la main qui traîne en bas de page droite pour ne pas la tourner trop vite, vous voyez ?) une fois tombée entre mes mains. Entre temps je distillais ce conseil lecture à quelques ami·es. Et à chaque histoire, c'était la même chose : je me retrouvais dans beaucoup de détails, parfois dans plusieurs personnages à la fois, comme je retrouvais aussi mon entourage en eux. Mais je pense que c'est là la force de Vanyda et de ses histoires.

    Une recommandation dans son œuvre ? Je vous en donne trois !


    Un petit goût de noisette, première histoire — ou plutôt recueil d'histoires — travaillée en nuances de couleurs : se succèdent de courtes nouvelles graphiques avec pour chacune son personnage et sa nuance. Le talent de Vanyda mêlé à celui de ses quelques co-scénaristes nous attache à chacun d'entre eux en quelques cases, et on se prend à espérer les retrouver au détour de la nouvelle suivante. Un deuxième tome est en projet pour 2019.


    Entre ici et ailleurs, où l'histoire personnelle de Vanyda — qui est française avec des origines laotiennes — influence beaucoup le récit, et donne un résultat très touchant, et potentiellement très introspectif selon votre propre histoire. Entièrement travaillé en nuances de violet pour celui-ci, les atmosphères des dessins dépassent leur simple support papier et vous prennent à les regarder parfois pendant de longues minutes.


    Un million d'éléphants, qui nous emmène en couleurs de l'autre côté du globe, découvrir l'histoire du Laos des années 30 à aujourd'hui à travers les quelques générations qui s'y succèdent. Et on découvre que parfois la vie de tous les jours de certaines personnes est bien assez remplie de rebondissements... Simplement magnifique.

    (Si je parle autant des couleurs pour ces trois recommandations c'est parce que ses premières séries, Celle que, L'immeuble d'en face et l'intégrale de L'Année du Dragon sont travaillées en noir et blanc. Celle que a depuis été rééditée en couleurs sous un format plus traditionnel BD, mais pour le coup je vous conseille la version originale en noir et blanc.)

    Je vous laisse donc sur ces conseils, et ne peux que vous recommander d'aller vous glisser entre les planches des bandes dessinées de Vanyda pour découvrir ses histoires !
    _____________________________________________

    Jolène Rubio est architecte d'intérieur. Expatriée en Suède après avoir reçu son diplôme de l'école Créad à Lyon, elle est aussi passionnée de musique, de cinéma et de littérature.

    { 2 commentaires... lisez les commentaires ou Commentez }

    1. J'avais adoré "Un petit goût de noisette", et cet article me donne vraiment envie de découvrir plus amplement l'oeuvre de Vanyda :)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Jolène m'a fait découvrir Celle que, c'était génial. Très envie de découvrir la suite de son œuvre !

        Supprimer

    Alex la Belette et moi, on aime bien les commentaires ! Ça nous donne de l'audace !
    N'hésitez pas à poster votre avis, une idée, une blague, une remarque. Tout ce que vous voulez, tant qu'on peut échanger. Parce que la littérature n'est jamais plus belle que quand on la partage.

  • - Copyright © 2016 La Voix du Livre - K-ON!! - Powered by Blogger - Designed by Johanes Djogan -